RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Besoin de personnages masculins
Si vous n'avez pas encore une idée précise de personnage, privilégiez les personnages masculins ... on dit ça, on dit rien
Besoin de nephilims
N'hésitez pas à privilégier les nephilims que ce soit rebelles ou pro-créatures obscures, ils ont besoin de vous
La newsletter Version #3
Elle est par ici les copains
TopSITE fever !
Allez donc faire une bonne action en votant pour DAN ici, ici, ici et et récolter vos points dans ce sujet

 :: cita di romà :: » Trastevere
Partagez | 

 Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]

         

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 18/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 83 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
MessageSujet: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Sam 25 Aoû - 23:30


❝ Like a falling leaf❞
Rosalina x Morgan x Onyx, (aesthetic), ☾Onyx était habitué à ces êtres humains qui croyaient pouvoir agir en toute impunité. Mais, c’était mal le connaitre que de croire qu’il n’y verrait rien ou qu’il laisserait faire. Cet établissement était le sien et pas celui de petites gens impliquées dans il ne savait quel trafic. Assis dans le fauteuil de cuir noir de son bureau à l’avant dernier étage de l’immeuble qu’il possédait, ses yeux pleinement noirs fixaient le bout de femme qui se tenait devant lui avec curiosité. Il cherchait où se cachait la dangereuse leadeur d’une mafia romaine sans vraiment la trouver derrière cette façade en apparence douce et serviable. Et cela l’intriguait. Suffisamment pour qu’il envisage de la laisser se servir de son club pour ses affaires. Les murs entièrement recouverts de velours rouge montraient bien les goûts légèrement démesurés du propriétaire des lieux. Dans un coin, retenu par des entraves magiques, le pauvre truand qui avait eux la malchance de lui servir d’otage pour que ces discussions aient lieux se tenait tranquille. Après s’être agité et avoir hurlé comme un sagouin pendant la première demi-heure de son emprisonnement, il s’était calmé et s’était résigné sur son sort. Tant mieux pour lui car il avait presque épuisé la patience du Français qui avait réfléchit quelques instants à lui lancer un sort de mutisme en plus de celui d’entrave. Le verre de vin qui tournoyait dans sa main finit par atteindre ses lèvres dans un geste décontracté. Onyx ne cherchait pas nécessairement à être impressionnant, le fait qu’il laisse à la vue de tous ses yeux naturels était simplement un signe du parti prit du sorcier. Il assumait parfaitement sa nature et les autres devaient en être conscient. Ce n’était pas avec n’importe qui qu’ils discutaient. Surtout dans de tels rendez-vous d’affaire. Il étouffa un bâillement. La nuit avait été longue et devoir régler ce genre d’histoire alors que son club n’était ouvert que depuis… une semaine et demi, le fatiguait énormément.

-« Reprenons Mademoiselle… Bambi. C’est ainsi que vous voulez que je vous appelle. Que comptez-vous exactement faire dans mon établissement ? »

Couvrir différentes activités illégales était quelque chose qui ne l’effrayait pas, il n’en était pas à sa première fois. S’il avait jusque là eux des établissements moins… voyant que le Château de Malherbe, sa boîte de strip-tease, tel que des boutiques d’herbes et de potions médicinales, des salons de thé et même un vignoble, il n’avait jamais échappé aux différentes problématiques du monde souterrain. Le fait d’être un sorcier vivant avec un vampire avait influencé leurs réalités de vie. Se procurer des donneurs de sang sans tuer pouvait parfois être un véritable casse-tête. Même si le charme naturel que lui-même et Hadrian dégageaient avait facilité les choses.

-« Et si nous pouvions accélérer les choses je ne serais pas contre. Il commence à être tôt dans la journée et je suis un travailleur de la nuit Mademoiselle. »

Et puis surtout, cet être immobile dans son bureau gâchait toute la décoration de la pièce. Et cela le démangeait de pouvoir l’éjecter. Chaque chose à sa place, chaque place à sa chose et ce dernier n’avait rien à y faire. Hadrian devait probablement être déjà rentré dans son abris pour la journée et le fond de son lit commençait à lancer des cris d’urgence en direction du sorcier.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 04/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 415 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 8
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Dim 26 Aoû - 14:31


Onyx  + Morgan + Bambi
like a falling leaf

Elle n'aurait pas pensé se retrouver dans ce genre d’établissement dans ces circonstances, néanmoins c’est sans ciller ni broncher qu’elle soutenait le regard curieux et quelque peu déstabilisant du propriétaire des lieux qui semblait rechercher quelque chose dans son comportement qui ferait foi à son histoire. Elle avait l’habitude de ce regard Bambi, cette dernière ne comptait plus le nombre de fois où on lui avait ris au nez la prenant pour une enfant en mal d’attention ou une menteuse compulsive se faisant passer pour ce qu’elle n’était pas et ne serait jamais. Aujourd’hui, plutôt que de s’en offusquer elle travaillait d’arrache pied à conserver cette image, qui pourrait la penser à la tête d’un tel trafic ? Douce et innocente Rosalina. Elle savait néanmoins qu’elle prenait des risques en acceptant ce genre d'entrevue pour le moins imprévue mais il n’était pas dans ses habitudes de laisser les siens en arrière et ce même s’ils avaient fait une erreur qui les mettait tous en danger. Si pour cela il fallait faire face à un sorcier qui malgré son air décontracté serait totalement capable de la réduire au silence, au sens propre comme au sens figuré Bambi estimait que c’était tout de même son rôle de le rencontrer et pourquoi pas de trouver un avantage à la situation. Car il y en avait toujours un, elle avait suffisamment d'expérience pour savoir qu'il suffisait d'user des bons mots pour parvenir à un accord mutuellement profitable. « Oh je vous en prie, ce n’est pas moi qui fais trainer les choses, j’ai un établissement à faire tourner moi aussi. » La jeune femme croisa les bras sur sa poitrine appuyant ses paroles d'un léger sourire tout en reprenant malgré tout d’une voix affable, elle savait comment gérer des arrangements et être sur la défensive n’était jamais très bien vu : « Quoi qu’il en soit permettez moi encore une fois de m’excuser pour mon… partenaire, qui n’avait absolument pas à s’introduire dans votre, charmant, établissement. » En prononçant ces paroles elle lance un regard noir au partenaire en question qui était entravé dans un coin de la pièce depuis maintenant bien trop longtemps. Si Bambi n’était pas capable de telles prouesses pour punir ses obligés récalcitrants elle avait ses propres techniques pour leur faire regretter de lui avoir désobéis. Rien que le fait qu’elle ait dû se déplacer pour régler ce problème suffisait à l’agacer. Elle avait mis très longtemps à assoir son autorité sur ses seconds, et voilà qu’un petit con se permettait de la remettre en cause en prenant des initiatives. « Nous pensons que certains de vos clients pourraient être intéressés par certains de nos services. Evidemment je ne me permettrai pas de vous les imposer ce n’est normalement pas dans nos habitudes. Diverses substances que nous proposons pourraient néanmoins pousser vos clients à être plus généreux avec vous. » Il n’était pas inconnu de tous qu’un sous l’effet de certaines drogues les humains devenaient d’autant plus malléables et réceptifs aux demandes des autres et la blonde ne doutait pas que tout profit était bon à prendre lorsqu’il s’agissait de ce club. « Nous avons aussi, pour nos amis vampires, quelques donneurs particulièrement loyaux qu’il nous est possible de fournir. » Avec la révélation de l’existence des créatures il avait fallu faire évoluer les attributions du trafic, cela n’avait pas plus à tous les alliés de la Moretti, néanmoins le business avec les créatures obscures permettait à tous une existence plus confortable. « Je sais bien que ce n’est pas une proposition sans risque, mais si vous n’aimiez pas les risques vous ne m’auriez même pas laissé le temps de vous la faire n’est-ce pas ? » Bambi se réveillait sans effort, la joueuse prenait le pas sur la mesurée et n'hésitais pas à user de tout ce qu'elle pouvait pour parvenir à ses fins.

AVENGEDINCHAINS / @morgan i. ricci @onyx l. de malherbe




straight for the castle
they wanna make me their queen and there's an old man sitting on the throne that's saying that I probably shouldn't be so mean
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Dim 26 Aoû - 19:01

Like a failling leaf
Onyx, Rosalina et Morgan

Lorsque je suis arrivé au restaurant et que j'ai demandé à voir Rosalina, je les aie vu s'échanger des regards entre eux, visiblement mal à l'aise. Au départ, ils ne voulaient rien me dire, il a donc fallu que je hausse un peu la voix pour que finalement, on me réponde. J'ai eu une seconde de silence, les regardant totalement incrédule. Puis, la colère pris le dessus et j'ai quitté le restaurant en râlant. J'avais compris qu'elle était partie chercher l'un de nos gars, ce que je ne comprenais pas, c'est pourquoi elle n'avait pas attendu que j'arrive, j'y serais allé pour elle, comme d'habitude. Mais, non, elle avait décidé de n'en faire qu'à sa tête, une fois de plus. Je savais où était ce club, j'avais entendu dire qu'il était tenu par un sorcier. Je ne sais en revanche pas pourquoi cet imbécile y avait foutu les pieds sans consignes. S'il espérait gagner un bon point, c'était plutôt loupé. Rosalina n'allait pas le louper et moi non plus. Parce qu'il mettait notre chef en danger. Elle savait très bien que je n'aimais pas les Créatures, quelles qu'elles soient. Déjà, que j'avais du mal à les supporter au sein de la mafia, la savoir en tête-à-tête avec l'une d'entre elle, en terrain inconnu, ça ne me plaît guère. Je ne mis pas longtemps à arriver devant le club. Je terminais ma cigarette et jeta mon mégot avant de prendre la direction de l'entrée. Le premier qui essayait de m'empêcher de chercher ma patronne, finira avec mon poing dans la gueule directement. Je ne suis pas d'humeur à discuter. Pas cette nuit. Et encore moins avec des créatures tout droit venu de l'enfer ou de je ne sais pas où. Je rentre donc et je me dirige tout droit vers le bar. Je sais que c'est là qu'on me dira où se trouve Rosa, parce qu'un barman, sait presque tout ce qui se passe dans un club. S'il ne peut pas me répondre, il me dira qui sera apte à me donner des réponses. Je me doute bien qu'ils soient dans le bureau de propriétaire et je n'ai aucune idée de l'endroit où il se trouve. Cette bâtisse est immense. J'inspire doucement, histoire de me calmer un petit peu. Je demande d'un ton calme et poli où se trouve le bureau du propriétaire, je ne voulais pas faire d'histoires à peine entrer. Ce dernier n'étant pas décidé à me répondre, j'ai dû me montrer plus... persuasif. Finalement, j'ai la réponse. D'un sourire légèrement sadique sur les lèvres, je lui lâche le poignet et je vois qu'il le masse tout en me jetant un regard un peu paniqué. Je me détourne et avance de nouveau. J'espère que Rosa va bien parce que dans le cas contraire, les choses n'iront pas bien du tout. Je suis ce que je suis, mais je lui suis loyal et ça, elle ne peut pas me l'enlever. Je ne suis peut-être pas le plus souple et le plus facile de ses bras-droits, mais moi, je ne la trahirais pas. Finalement, peut-être que je me suis attaché à elle. Je secoue la tête, chassant cette idée. Je devais me concentrer pour la trouver. J'étais désormais dans un couloir, il n'y avait personne, donc je me doute que je suis sur le bon chemin. Il ne pouvait pas mettre des indications sérieusement ? Ce bâtiment est pire qu'un labyrinthe. J'entends des voix derrière moi et je me doute que le barman eût dû donner l'alerte et qu'on me cherche. Parfait, c'est que je ne dois pas être loin du but. Je continue d'avancer et l'un d'entre eux à la mauvaise idée de se mettre sur mon chemin. Je soupire, lui montrant bien que je n'avais pas l'intention de faire demi-tour. J'ai passé ma vie à l'orphelinat, puis en maison de correction pour finir dans la rue à mes dix-huit ans, je sais me battre et me défendre. L'homme en face de moi va le comprendre rapidement. Il avance vers moi et je m'arrête, je sers les poings, prêt à frapper si jamais. Je n'étais pas hésitant. Question de survie. La loi du plus fort, peut importe. D'un coup dans l'estomac, je l'envoie au sol. Il marmonne quelque chose et je passe à côté de lui. " Je lui dirais que tu as essayer, t'en fais pas." Ma voix est froide, on sent aisément la colère derrière. J'arrive près de la porte et j'entends deux voix. Un homme, une femme. Et plus j'approche plus que je me rends compte que c'est celle de Rosalina. Les sourcils légèrement froncés, je pose la main sur la poignée et pousse la porte.  " Putain Rosa, je peux savoir à quoi tu joues, sérieusement ?" Mon regard se porte ensuite sur l'homme assis en face d'elle. L'un comme l'autre semblent surpris de me voir là, sans doute parce que je ne devais certainement pas être ici, mais passons. " On récupère le crétin qui t'as fais venir là et on se casse." Quelque chose bouge dans un coin de la pièce et mon regard tombe sur notre gars. La surprise se lis sur mon visage. Il était... Entravé. Je détourne le regard et le pose sur le sorcier tandis que je m'approche un peu plus de son bureau. Si j'avais un semblant de calme auparavant, ce n'était plus le cas. " Qu'est-ce que vous lui avez fais ? Relâchez-le !" Et après, on se demande pourquoi je n'aime pas les créatures...

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 18/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 83 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Jeu 30 Aoû - 14:47


❝ Like a falling leaf❞
Rosalina x Morgan x Onyx, (aesthetic), ☾Son aplomb plaisait au sorcier. Peut d’humains étaient capables de soutenir son regard et de paraître aussi calme. Cela suffisait à corroborer son identité. Seul une personne en ayant déjà vu beaucoup et habitué à gérer des situations particulièrement complexes et déstabilisantes pouvait se targuer de ne pas trembler dans ce genre de cas. Quoiqu’il y eût une exception à cette règle : les inconscients. Mais, la superbe jeune femme qui se tenait devant lui ne semblait pas en être une. Et la suite de ses réponses lui confirma son intuition. Un esprit vif derrière un regard d’acier et un corps à se damner un saint. Bien entendu, Onyx était déjà damner. Cette expression avait tout d’un abus de langage quand elle sortait de sa bouche. Mais, bien à l’abris dans son crâne, qui pourrait donc lui en porter le préjudice. Il l’écouta continuer à débiter les avantages qu’elle pourrait lui apporter. La vérité : Onyx n’y voyait pas d’inconvénient, il n’y aurait même pas vu d’inconvénient dès le départ si on lui en avait demandé l’autorisation. Sauf qu’il détestait que l’on défie son autorité dans son propre domaine. Et c’était ce qui avait été fait. Alors, il avait envie de compliquer un peu les choses. Et dans des efforts inconsidérés de faire disparaître l’ennuie qui se saisissait de son âme, Onyx était capable d’accepter des offres inconsidérées. Celle-ci n’en était pas une, mais ce n’était pas tous les jours que l’on pouvait rencontrer le leadeur d’une mafia.

-« Vous avez raison. J’aime les risques et je suis curieux. On ne survit pas à certaines périodes historiques sans prendre de risque et j’ai eux ma part d’histoire à vivre. Des donneurs pour les vampires ? Je suis intéressé, dîtes m’en plus. »

Il se souvenait des chasses à l’homme pour nourrir Hadrian. Tuer le moins possible. Mais, le temps avait émoussé sa pugnacité à chercher des donneurs. Et son ami avait grandi, accepté plus ou moins sa nature. La surveillance du sorcier n’avait plus été réellement nécessaire. Parfois un coup de main pour faire disparaître les corps quand cela s’avérait nécessaire. Les accidents restaient des possibilités. C’est un remus ménage étrange et une porte qui claque qui viennent ajouter la discorde sur cette discussion qui jusque là était restée cordiale. Lorsqu’il tourne la tête sur le nouveau venu, Onyx a bien du mal à cacher son choc et les souvenirs qui défilent dans son esprit s’amusent à lui rendre la vie dure. Comme si Rémi se tenait de nouveau devant lui. Amélie aurait pu être à ses côtés entrain de rire ou de tortiller ses mèches blondes. Le cœur du sorcier se serre d’une douleur qu’il pensait oubliée. La mort de ses premiers amours avait été probablement l’époque de sa vie la plus difficile après le départ d’Olympe. Mais jamais Rémi n’aurait eux autant de fougue ni un tel langage. Bientôt la réalité de l’instant se rappelle à lui et les provocations qui pleuvent fusent. Le sorcier hausse un sourcil et se penche sur le côté pour pouvoir apercevoir celle qui se faisait appeler Bambi mais dont le vrai prénom devait être Rosa :

-« Un ami à vous je suppose ? »

Dans un même temps, il agite sa main pour ouvrir un portail sous les pieds du malotru et le fait retomber sur la chaise à côté de la jeune femme avant de l’entraver au meuble. Hors de question d’avoir un tel dégénéré aussi prêt de lui. Son regard noir se pose sur le visage d’un Rémi qui ne peut être Rémi et sa voix baisse d’un ton.

-« Mademoiselle, dois-je prendre cette intrusion pour une énième provocation de votre part ? Je l’avoue le respect et l’honneur sont deux choses qui me tiennent très à cœur et je ne me laisserais pas insulter davantage ce soir. Entre vos deux « amis », ma patience a atteint ses limites. »

Son visage se tourna vers la porte entrapercevant au loin un de ses employés au sol.

-« Et j’espère pour votre ami qu’il n’a pas abîmé mon personnel ou je me ferais un plaisir de lui montrer ce qu’il en coûte de s’introduire chez moi et de s’en prendre à mes gens. »

Les émotions que la ressemblance entre cet inconnu et celui qu’il avait aimé l’avait rendu bien moins complaisant. Le sorcier n’aimait pas avoir d’anciennes blessures réouvertes. Les plus récentes étaient déjà assez douloureuses.

-« Rosa, très chère, ayez l’obligeance de me fournir une explication avant que je ne devienne à la fois juge et bourreau de vos partenaires. »

Reprenant le surnom qu’il venait d’entendre, marque de familiarité qu’il ne se permettait que sous le coup de la colère, ses doigts tapotaient impatiemment le bois de son bureau alors que ses yeux détaillaient de haut en bas l’insolent. Sa voix s’élève un peu plus, ne doutant pas que quelqu’un l’entendrait et exécuterait ses ordres.

-« Que quelqu’un ferme la porte je vous prie ! Je suis en pleine discussion d’affaire. »

Et même si cela ne faisait pas longtemps que le club était ouvert, les employés savaient qu’il ne fallait mieux pas déranger le propriétaire quand il avait cette voix-là.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 04/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 415 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 8
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Ven 31 Aoû - 9:39


Onyx  + Morgan + Bambi
like a falling leaf

Elle avait l’âme d’une négociatrice, elle savait garder un visage neutre lorsque la situation l’exigeait et était totalement capable de feindre la surprise ou l’émotion si cela servait sa tâche : c’était d’ailleurs ce qui lui permettait de jouer double-jeu depuis une décennie et elle comptait bien montrer qu’elle méritait l’attention du sorcier. Confiance n’était pas un terme qu’elle se permettait d’employer mais un ajustement mutuel et avantageux pour les deux parties pouvait certainement se négocier. Surtout que son interlocuteur avait l’air plutôt intéressé et prêt à entendre ce qu’elle avait à dire. Elle avait eu une bonne intuition, l’évocation de sang pour les vampires avait attiré l’attention du sorcier. Rosalina avait ouïe dire que le co-gérant de l’établissement était lui-même un vampire et si les deux hommes étaient un minimum proches, ce qui allait généralement de paire avec la gestion d’une affaire, l’homme devait savoir les difficultés qu’avaient les créatures pour se nourrir même en cette période où leurs droits étaient plus importants. Faisant mine d’innocence elle répondit d’un ton calme : « Nous avons un réseau de donneurs de sang à disposition qui nous permet de disposer d’un stock plutôt important de poches de sang. Je ne puis me mettre à la place des vampires qui préfèreront surement profiter directement à la source mais c’est toujours un service qui peut être utile. » Elle ne souhaitait pas mettre en danger ses donneurs en les laissant entre les dents d’un être de la nuit trop gourmand ainsi elle ne négociait jamais sur ce point. Leur identité restait anonyme et ils n’étaient jamais en contact avec celui qu’ils nourrissaient, du moins, ce n’était pas de son ressort. Elle faisait sa part en minimisant les conséquences pour l’humain mais elle n’était pas non plus Mère Teresa, elle avait une affaire à gérer et les sentiments ne devaient pas entrer en ligne de compte.

Des bruits dans le couloir attirèrent l’attention de la biche qui tendit l’oreille pour déterminer ce qu’il pouvait se passer : le club était pour le moins animé c’était peu de le dire. Elle n’eut néanmoins pas le temps de se poser la question trop longtemps que Morgan, un de ses seconds, déboula dans la pièce l’air plus qu’énervé vociférant de pseudos critiques et des ordres qui firent ouvrir de grands yeux à Bambi. « Je peux savoir ce qu’il te prend ? » La jeune femme roula des yeux en dardant un regard assassin sur son second tandis qu’elle sentit une tension supplémentaire apparaitre dans la pièce. Le ton paternaliste de Morgan ne lui plaisait pas de même que cette intrusion qui risquait de rendre les choses encore plus difficiles. « Par tous les saints, je ne sais pas si c’est la saison mais il va falloir apprendre à réprimer vos hormones les gars. » Elle manqua de perdre son calme et cela se lisait au fond de ses iris, néanmoins sa voix restait mesurée : elle savait que c’était sa réaction qui impliquait plus que les actes de son second. En prouvant qu’elle réussissait à garder contenance et parvenait à se concentrer à nouveau sur l’objectif de leur entrevue elle donnerait une bonne image. Et il n’était question que de ça, de persuasion et de paraître.

Alors que Morgan se retrouva, bien malgré lui, collé à sa chaise juste à côté d’elle elle s’étira un instant vers lui prenant appuie sur son épaule qu’elle serra avec force : « Je te jure que si tu fais capoter cet arrangement, tu en subiras autant les conséquences que lui. » Susurre-t’elle à l’oreille de l’homme en indiquant le pauvre entravé d’un geste dédaigneux de la tête. Elle ne laisserait jamais l’un des siens en mauvaise posture mais elle n’était pas la dernière à être imaginative dans les punitions si elle les estimait nécessaires. « Alors à moins que tu ne veuilles réellement m’énerver, tu ferais mieux de te tenir à carreau et de laisser les grandes personnes faire affaire d’accord ? » Elle savait être blessante si elle le voulait et sa patience était légèrement émoussée à cause de cette soirée. Aussi vite, elle se redressa et reporta son attention sur le sorcier dont le regard noir détaillait de haut en bas son partenaire. La voix de leur hôte ne laissait guère place à l’imagination : il était furieux et la biche ne pouvait que le comprendre. Elle avait une notion de respect plutôt importante et cela n’avait jamais été son intention de manquer de respect à ce dernier : malheureusement la nature humaine était imprévisible. Il s’agissait seulement de faire oublier cette, ces deux, mésaventures et de prouver qu’elle était capable de tenir son trafic malgré la réticence de ses membres visiblement. Il demanda des explications et la jeune femme croisa les jambes sur sa chaise bien décidée à faire affaire malgré les contretemps. Il allait seulement falloir composer avec son humeur bien moins complaisante et l’agacement qui commençait à se faire sentir de part et d’autre de la table.

« Je pense que mes partenaires se sont crus mieux placés que moi pour savoir quels étaient nos intérêts, c’est regrettable bien entendu mais à l’heure actuelle c’est moi qui prends les décisions. » Elle n’ajouta pas un encore qui pourrait laisser penser qu’elle se trouvait sur un siège éjectable mais la locution lui brula la gorge. Elle savait bien que sa position n’était pas éternelle, les concurrents étaient nombreux et même au sein de ses rangs, certains élevaient la voix contre ses pratiques pour le moins controversées. « Evidemment Morgan ici présent, elle se permettait de révéler son identité à leur hôte puisque ce dernier avait fait de même, se fera une joie de vous offrir une contrepartie pour le dérangement n’est-ce pas ? » Elle jeta un regard appuyé au blond qui grommelait sur sa chaise en haussant un sourcil un léger sourire au coin des lèvres : « Je vous laisserai discuter des modalités ensemble, si vous le voulez bien, je ne peux me vanter d’avoir un contrôle total sur ses gestes comme vous l’aurez remarqué mais je suis sûre que vous saurez trouver un arrangement. » C’était même peu de le dire et ce n’était pas la première fois que les actions du jeune homme manquaient de créer un accident diplomatique. Bambi connaissait son avis pour le moins tranché sur les créatures obscures et si au final elle se foutait de ses convictions personnelles, elle ne souhaitait juste pas que cela ait de conséquences néfastes sur leur travail commun sinon il devrait les assumer et elle n’avait jamais été tendre lorsque ses intérêts pâtissaient des erreurs des autres. L’impulsivité de son allié pouvait parfois être de bonne augure mais lorsqu’il s’agissait des créatures elle prenait une teinte beaucoup plus compromettante. « Si vous le voulez bien, nous pouvons reprendre ? Je ne m’épancherai pas en excuses sauf si vous l’insistez, mais j’estime que cela n’est constructif pour personne et je pense que la meilleure manière de compenser cet incident est d’apposer des conditions sur un potentiel accord. Quelles sont vos conditions très cher ? » Après tout lui même avait insisté pour ne pas s’épandre en politesses et perdre du temps précieux pour l’un comme pour l’autre. Elle n’oubliait jamais ses objectifs, elle était là pour sceller un accord et elle ne quitterait pas la pièce sans avoir obtenu ce qu’elle désirait. Néanmoins elle était prête à laisser l’occasion à son interlocuteur de mettre en avant ses demandes, même si rien ne disait qu’elle les accepterait.
AVENGEDINCHAINS / @morgan i. ricci @onyx l. de malherbe




straight for the castle
they wanna make me their queen and there's an old man sitting on the throne that's saying that I probably shouldn't be so mean
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Ven 31 Aoû - 15:55

Like a failling leaf
Onyx, Rosalina et Morgan

Pour tout dire, je n'avais pas vraiment réfléchi à la portée de mes actes. Trop impulsif, trop nerveux, Rosa me l'avait déjà reproché à plusieurs reprises, mais j'étais comme ça et si je changeais pour être pire, ce n'était pas la peine. J'étais là, debout dans ce bureau et mon arrivée les surprit tous les deux. Rosa réagit la première en me demandant ce qui n'allait pas. Je posais les yeux sur elle, j'étais furieux après elle. Elle n'avait pas à partir négocier des trucs comme ça pour ses affaires toute seule dans un lieu inconnu. " T'es sérieuse là ? C'est plutôt à moi de te demander ce qui ne va pas de partir comme ça et toute seule qui plus est." J'avais conscience que de gueuler comme ça après elle, n'allait certainement pas arranger les choses et ce fut pire quand j'aperçus notre gars entravé au mur. Je n'eus pas vraiment le temps de lui demander autre chose que je me retrouvai pris au piège sur une chaise, aux côtés de Rosa qui fulminait, malgré le fait qu'elle voulait garder son calme. Je savais que j'allais passer un mauvais moment par la suite, mais ça ne serait pas vraiment la première fois. Ni la dernière. Les yeux posés sur l'homme en face de nous, je sentais la main de ma patronne sur mon épaule avec force. Effectivement, elle semblait vraiment m'en vouloir, qu'importe, j'étais là et ils allaient devoir faire avec tous les deux. " Pardon ? Si je n'avais pas été obligé de..." Posant les yeux sur Rosa, je n'eus plus vraiment envie de finir ma phrase. Elle ajouta qu'à partir de maintenant, je devais me taire et la laisser parler et conclure cet accord. Puis, elle se redressa, ne me laissant nullement le moyen de me justifier plus que ça. Je reposais les yeux sur l'homme en face de nous. Quand ce dernier évoqua les notions de respect et d'honneur, j'eus un large sourire ironique sur mes lèvres. Putain, qu'est-ce qu'ils pouvaient en dire des conneries ! Les créatures dans son genre n'ont aucun respect pour nous, êtres humains qui peuplons ce monde en majorité. Ce sont eux qui dictent les lois pour nous. Alors l'honneur et le respect, je doute fortement que ça leur parle. Puis il évoqua son personnel en ajoutant que j'aurais à faire à lui si j'avais trop abîmé son personnel. Et en plus, je m'étais introduit chez lui... " Ouais c'est ça... Compte la dessus." Mais c'est sans compter sur Rosa qui ajouta ensuite qu'elle se ferait un plaisir de me laisser avec lui par la suite pour trouver un arrangement. Non mais quoi ? Elle était vraiment sérieuse ? Y a pas d'arrangement possible, si je reste là et libre de mes mouvements, je retourne son bureau et toute sa boîte, rien à foutre qu'il soit sorcier. Et puis, il avait quoi à me dévisager comme ça lui ? Poussant un long soupir et hochant la tête de manière négative, je n'ajoutais rien. Comprenant que plus vite, ils auront trouvé un accord, plus vite, on sera dehors. Du coup, je m'intéressais de près à cette chaise où j'étais entravé magiquement. Essayant de bouger, je m'aperçus bien vite que je ne pouvais pas me défaire de moi-même. Je posais de nouveau les yeux sur le sorcier, comprenant en fin de compte que ma liberté ne tenait qu'à son bon vouloir. Merde. Si j'avais pris en compte avant, le fait que le propriétaire de ce bordel était un sorcier, j'aurais sans doute agi autrement. Mais, en fait, non, j'aurais foncé tête baissé tout de même. Même en sachant que j'étais en train de mettre ma patronne en mauvaise posture. Bah, elle trouvera un moyen de retourner la situation à son avantage. Mais, il faudrait quand même que je lui précise un point plus tard. Je ne remettais nullement en compte son autorité, elle devrait le savoir depuis le temps, certes, je discute certaines de ses décisions, surtout quand ça concerne les créatures, mais jusque-là, j'avais tout accepté. Du coup, ayant bien compris que je devais fermer ma gueule pour cette fois-ci, je regardais le mobilier autour de nous et mon analyse en tant que voleur professionnel, c'est qu'il y avait pas mal de trucs de valeurs dans le coin. Certains trucs pas faciles à voler, mais pour d'autres... Voler un sorcier, ce n'était visiblement pas un bon plan, mais au moins, si un jour, j'avais une demande à son sujet, je savais où chercher et quoi prendre. Un sourire légèrement amusé se dessina sur mes lèvres, tandis que j'écoutais d'une oreille vraiment distraite ce qui se passait dans la pièce. Puis, ce n'est pas comme si je pouvais faire autre chose, entravée à cette putain de chaise. Chaise qui d'ailleurs était tellement lourde que je ne pouvais pas la faire bouger ne serait-ce que d'un centimètre et ce n'est pourtant pas faute d'essayer. J'avais la haine contre moi-même pour m'être foutu dans ce pétrin, contre Rosa pour ne pas m'aider et contre le sorcier en face de nous pour me clouer à ce fauteuil. J'avais vraiment envie de le tuer, je crois même que si j'en avais la possibilité, je tenterais le coup.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 18/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 83 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Lun 17 Sep - 23:57


❝ Like a falling leaf❞
Rosalina x Morgan x Onyx, (aesthetic), ☾L’offre était intéressante mais l’affront était grand. Onyx ne pouvait se permettre de laisser passer un tel comportement dans ses murs. Donnez la mains et le monde extérieur vous dévorerait tout entier . Et là ce n’était pas la main mais le bras tout entier qu’on essayait de lui prendre. Mais il n’était pas le seul dont le cerveau semblait réfléchir aux permissions que semblaient s’accorder ces hommes. Bambi était… énervée. Cela n’avait pas échappée à ses yeux experts tandis qu’il refoulait des émotions dues à une impression de déjà vue malsaine qui lui vrillait le cœur. Une espèce d’envie de hurler, de déchirer le monde entier. Après la mort de Rémi, puis celle d’Amélie, Onyx avait eu le cœur en miette. Brisé. Il ne s’en était jamais vraiment remis. Tout du moins aimer comme il avait aimé ces deux êtres. Il s’agissait d’un sujet sensible pour lui. Et avoir en face de lui le portrait craché de Rémi lui ôtait une partie de sa tolérance. Peut-être bien que l’amour qu’il avait pour eux s’était transformé en haine après qu’ils l’aient quitté. Amélie s’était laissé mourir après que Rémi soit parti, elle l’avait laissé seule, n’avait pas cherché à lutter pour lui. Mais, Onyx était bien trop vieux pour qu’un tel choc lui fasse entièrement perdre ses moyens. Cela lui déclenchait de la colère et peut-être une envie de menacer qui était bien plus prononcée qu’à son habitude. D’un mouvement brusque, il compose un numéro sur le téléphone posé sur son bureau. Il écoute d’une oreille distraite les échanges entre cette chef à l’autorité louvoyante et méprisée ?

-« Amarillys, ma chérie, je veux un compte-rendu sur l’employé que j’avais mis en faction devant mon bureau. Ah, et renseigne-toi bas sur des employés qui auraient pu croiser un vermisseau blond auquel la délicatesse fait défaut. »

Il comptait bien prendre tout avantage qui se disposait à lui. La raison était simple. Il était un homme d’affaire, un intriguant. Il retrouvait dans ce genre d’échanges une partie de cette énergie que son trio avec Olympia et Hadrian lui insufflait, il y a des siècles de cela. C’était comme une réminiscence du passé supplémentaire mais, dans un aspect plus positif cette fois. Et puis, parfois, il se demandait si être le fils d’un démon, être habitué à marchander des pactes, ne jouait pas sur son tempérament. C’était une hypothèse qui lui avait traversé l’esprit en rencontrant de nombreux sorciers. Et Olympe, intrigante en chef de cette cours de dépravés ne gâchait rien à la fête, bien au contraire. Ils avaient appris ensemble les rouages de cette terrible machine mais, elle les avait perfectionnés bien au-delà de ceux d’Onyx. Et il aimait l’entendre s’extasier sur ses capacités au travers de ses lettres. Onyx étaient bien trop fainéant pour se plonger corps et âmes dans ce genre de jeu. Il n’y avait qu’en ces occasions qu’il se le permettait. En voyant l’insolence qui ne quittait toujours pas les lèvres du jeune blond, Onyx ne pu se retenir.

-« Je me fais toujours rembourser les affronts que l’on me fait. Toujours. Les siècles n’ont pas érodé ma capacité à apprendre aux malotrus la bienséance. Peut-être que vos hommes auraient besoin d’une séance de remise à niveau pour se rappeler qu’elle est leur place. »


Oui, il venait d’une époque où les mots « rang » et « classes » n’étaient pas vains. Où ils avaient encore un sens. Et cela se ressentait parfois. Son attention se redirigea finalement vers l’affaire qu’ils avaient en cours.

-« Mes exigences sont simples : Consommations obligatoires. Personne n’entre dans mon club sans consommer. Deuxièmement, une seule overdose dont votre marchandise est responsable dans l’enceinte de mon club et je vous demanderais de partir. Une vache à lait ne fonctionne pas quand on tue celui qui la traie. Enfin, en cas d’incident ou si vos gens se retrouvent dans une position fâcheuse, cela n’est pas de mon ressort. Je nierais bien entendu avoir connaissance de ce trafic. Quand au sang, nous devrions discuter plus sérieusement de comment vous compter l’introduire au club ? Cela me paraît bien complexe et je voudrais d'avantage de détail sur cette possibilité. »

Le téléphone se mit à sonner et il répondit, faisant léviter le combiner jusqu’à son oreille. Quelques approbations silencieuses, un merci en russe et son regard dériva de nouveau sur l’humain silencieux qui patientait ligoter dans un fauteuil.

-« L’un de mes serveurs se plains du poignet et vous avez mis hors-jeu mon « garde du corps ». Moi qui avait abandonné l’idée d’un sortilège d’alerte, je crois bien que vous m’avez fait revoir mes positions. En attendant que je trouve un nouveau… garde digne de ce nom, je vous demanderais de remplir ce poste. Il consiste à être silencieux et à empêcher les inconnus de pénétrer dans mon bureau et dans mes appartements. »

Le travail aurait intérêt à être fait. Et correctement. Un seul débordement et ce n’était pas aussi gentiment que le sorcier réglerait cette histoire. Il avait toute une batterie de possibilités bien moins sympathiques pour mettre un point final à cet événement mais, comme il comptait bien finaliser cet accord, il préférait rester gentillet.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 04/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 415 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 8
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Mar 25 Sep - 8:33


Onyx  + Morgan + Bambi
like a falling leaf

La conversation était visiblement tendue mais ce n’était jamais gagné d’avance, alors, Bambi s’efforçait d’être patiente et de conjuguer avec les humeurs de l’ensemble des hommes présents dans la pièce. Evidemment celle qui lui importait le plus était celle de son hôte mais cela ne voulait pas dire qu’elle lui laisserait passer toutes ses facéties. « Si vous me permettez je n’apprends pas à vos hommes à mieux protéger votre bureau d’éventuels intrus, alors je m’occuperai de remettre les miens à leur place en temps venu. » Siffla-t’elle suite à la remarque du mage. Elle n’appréciait pas que ses hommes remettent en question son autorité mais ils restaient ses hommes et ainsi elle se sentait responsable d’eux et de la manière dont ils pouvaient être, ou non, punis. « Et à ma manière bien entendu. » Ajouta-t’elle d’une voix toute aussi froide bien moins doucereuse qu’elle avait pu l’être quelques secondes auparavant. La conversation glissa rapidement sur le sujet principal ce qui permet au groupe de sentir la tension descendre d'un cran, les affaires étaient les affaires et il s'agissait de rester concentré sur son but premier. « Nos recommandations sont bien claires quant à la consommation de nos substances, néanmoins nous ne pouvons nous porter garants pour les actes de quelques déséquilibrés. » Elle hausse légèrement les épaules en croisant les jambes quelque peu agacée par ces conditions qui n’en finissaient pas. Néanmoins le jeu en valait la chandelle ainsi elle s’efforça de paraître aimable, elle avait l’habitude de feindre un état dans lequel elle n’était pas, le jeu des faux semblants n’était pas nouveau : « Mais je comprends très bien vos réticences de ce fait si overdose il y a, nous partirons immédiatement.» Après tout, ce n’était pas pour rien que Rosalina n’acceptait aucun trafic de quelconque provenance au sein de son propre restaurant. En temps que gérante d’une affaire elle pouvait faire preuve de compréhension envers les craintes, si l’on pouvait appeler ça ainsi, du sorcier. De plus, il fallait bien savoir faire des concessions.

Le sujet de la responsabilité du gérant de l’établissement en cas de problème ne tarda pas à se poser et la blonde ne s’attendait à aucune autre concession de sa part ainsi elle ne fut pas vraiment étonnée. « Bien entendu mes gens sont de ma responsabilité cela me parait plutôt évident, néanmoins si vous souhaitez une garantie supplémentaire je peux me porter responsable de l’ensemble des actions exercées dans votre établissement. Ainsi vous n’aurez pas à vous préoccuper de mes gens mais plutôt de moi. » C’était une proposition tout à fait réfléchie, Bambi n’avait pas l’habitude de s’impliquer personnellement dans les deals mais lorsque l’établissement le nécessitait elle se portait garante de la mise en place « Cela implique, dans un premier temps, un passage à date plus espacées et plutôt régulières. » Car elle n’avait pas vraiment le temps de passer toutes ses soirées au Château. « Et au cas où vous auriez encore un doute, je ne vais pas me vanter auprès vous de mes qualités liées au temps mais je suis plutôt expérimentée dans ce domaine. Cela vous permettrait de ne pas vous inquiéter outre mesure de l’établissement de nos actions. » Il y a dix ans de cela, c’était avec le trafic de drogues que la biche avait commencé à se refaire une place dans la pègre romaine et certains réflexes ne se perdaient jamais. Se replacer au niveau opérationnel serait certainement une mesure temporaire pour apaiser les esprits mais c’était toujours un moyen de faire valoir sa bonne foi.
La question du sang, si chère aux yeux de son hôte revint rapidement dans la conversation au plus grand plaisir de la blonde : « Quant au sang, vous devez bien vous douter que le système est rodé depuis le temps. Nous avons nos fournisseurs répartis dans des endroits stratégiques de la ville, les poches sont conditionnées de telle manière que si l’on ne s’y intéresse pas particulièrement, leur contenance reste inconnue et qu’est-il de plus normal que de recevoir une livraison de bouteilles dans un club tel que le votre ? » Elle hausse un sourcil a l’intention du sorcier aux yeux noirs sans ciller. Les autorités avaient des choses plus importantes à surveiller que les livraisons de spiritueux surtout que la législation actuelle permettait aux enfants de la nuit de se nourrir plutôt confortablement contrairement à ce qui avait pu être en vigueur auparavant.

Le téléphone qui était posé sur le bureau sonna et profitant qu’Onyx était en discussion la jeune femme se tourna légèrement vers Morgan et entonna d'une voix douce : « Cela ne sera plus très long, du moins je l’espère, sois encore juste un peu plus patient je t’en prie. » En dehors de l’énervement dont elle avait pu faire preuve elle ne pouvait cacher qu’elle n’était capable d’en vouloir au blond bien longtemps. Néanmoins elle était à nouveau pleinement concentrée sur les dires du sorcier dès qu’il eu raccroché. Elle serra légèrement les dents lorsqu’il énonça les faits, lui enlever son second n’était pas réellement ce qu’elle pouvait appeler un geste de bonne foi mais les circonstances pouvaient le rendre compréhensible. « J’espère que vos employés se remettront rapidement de cet… accident allons nous dire. Quant à Morgan je suis sûre qu’il sera très appliqué à sa tâche tant que cela sera nécessaire. » Elle était persuadée que même s’il se montrerait certainement outré et peu enchanté par cette décision, il finirait par faire la part des choses concernant ce qui était plaisant, et ce qui était nécessaire. « J’espère que je n’aurais pas à me passer de lui trop longtemps. » Elle jette un regard à son second qui en dehors de l’apparente froideur et autorité qu’elle laissait transparaitre luisait d’une légère inquiétude à l’idée de le laisser seul dans l’endroit qui malgré les apparences pouvait certainement se révéler dangereux. Elle savait bien que l’homme n’avait besoin de personne et surtout qu’il n’avouerait jamais l’inverse, mais cela faisait des années qu’ils évoluaient quasiment côte à côte et ce même si malgré les apparences Bambi avait toujours été celle qui était en charge.

AVENGEDINCHAINS / @morgan i. ricci @onyx l. de malherbe




straight for the castle
they wanna make me their queen and there's an old man sitting on the throne that's saying that I probably shouldn't be so mean
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   Mar 9 Oct - 0:58

Like a failling leaf
Onyx, Rosalina et Morgan

Clairement, je n'avais pas été très doué sur ce coup, mais merde ! Qu'est-ce qui lui avait aussi pris de partir seule sans escorte ? Chez un sorcier qui plus est... Non mais vraiment, des fois y a des claques qui se perdent. Je ne lèverais jamais la main sur elle, je suis pas fou, et je la respecte bien plus que cette entrée fracassante le laisse penser, mais bordel, je lui en veux un peu. Et puis être cloué sur cette chaise, sans pouvoir bouger un seul membre, ça commence sérieusement à me prendre le chou aussi. Cette histoire pue l'embrouille. Si le barman m'avait répondu tout de suite et si l'autre andouille n'avait pas cherché à s'interposer, on n'en serait sans doute pas là. Tandis qu'il décroche son téléphone, Bambi et moi échangeons quelques mots. Mais mon regard se pose sur lui lorsqu'un mot, enfin une expression parvint à mes oreilles. Vermisseau. Non, mais sérieux, il vient de quelle époque pour utiliser ce mot lui ? Et puis moi ? Moi, je suis un vermisseau ? Putain, mais qu'il aille se faire voir. Juré, à la seconde même où je suis libre, je retourne son bureau. J'ai vraiment envie de lui cracher des insultes, mais on va dire que c'est moi l'enfant, que je ne suis pas assez mature et qu'il faut que je me calme. Je me contente donc de ravaler la haine qui me vient des tripes et de serrer les poings jusqu'à ce que les jointures deviennent blanches. Inspire. Expire. J'écoute ensuite la conversation qui reprends et Rosie manœuvre assez habilement, pour l'amener là ou elle le désirait. Seulement, le vieux fossile en face, ne semblait pas vraiment vouloir mordre à l'hameçon. Surtout et sans doute à cause de mon interruption. Qu'il me remette moi en question, okay, ça m'agace fortement, mais putain qu'il ose remettre en doute les talents de chef de Bambi, j'ai juste des envies de meurtres. C'est grâce à elle que le trafic à pu repartir. Il y a dix ans, elle était absente de la ville. Aujourd'hui, tous ceux qui bossent sous ses ordres sont contents et aisés, de quoi mener une vie tranquille. Moi, je suis content d'être sous ses ordres, bien que je fasse du boulot à côté. Elle le sait pour l'organisation, elle sait que je ne supporte pas les créatures et malgré nos nombreuses disputes à ce sujet, elle n'a jamais changé de cap. Elle sait aussi pour les contrats que je prends en plus pour voler telle ou telle personne. Pas vu, pas pris comme on dit si bien. Et puis, je sais bien qu'elle s'en sortira très bien, peux importe comment se termine cette entrevue. J'étais déterminé à ne plus rien dire jusqu'à la fin, mais quand il insinua que je ne savais pas où était ma place, mon regard se fit plus froid et un sourire qui n'inspirait rien de bon se dessina sur mes lèvres. " Parles autrement tu veux. C'est pas parce que t'es un vieux... Dinosaure que t'es obligé de nous prendre de haut." " Morgan réfléchis avant d'ouvrir la bouche" "Morgan, tu es trop insolent, apprends donc à te taire", ces phrases, je les ai tellement entendu dans ma vie, mais je n'en ai jamais retenu un seul mot. Je suis insolent, oui, c'est un fait, mais c'est trop tard pour changer. Je tus de nouveau lorsqu'ils parlèrent de leurs exigences. Ce n'était pas mon rôle de m'occuper de ça et je n'intervenais donc pas. Mon regard se porta sur le reste de la pièce et du coin de l'œil, je voyais mon pauvre camarade, qui lui était debout et attaché à un mur. C'était moins... Agréable, on va dire. Mais merde ! De quel droit il nous traitait de la sorte ? Il n'était qu'un sorcier, une créature bien établie dans notre société, c'était un fait, mais bordel, sa tête ne me revenait franchement pas. Ce sentiment était alimenté par le fait qu'il me tenait ligoté sur une chaise, que ce soit bien clair. Le téléphone sonna de nouveau et il décrocha. Bambi en profita pour se tourner vers moi et me souffler de tenir bon, que ça ne devrait plus être très long. J'eus un sourire en lui répondant. "" Fini au plus vite je t'en prie, avant qu'on lui donne raison sur le fait que je ne sais pas rester à ma place. J'ai vraiment envie de lui faire ravaler ses airs supérieurs..." Il raccrocha et tous les deux tournions la tête vers lui. Il parla du barman qui se plaignait du poignet, pauvre petite nature, j'ai même pas forcé en plus, et du garde du corps hors service pendant quelques jours à mon avis. Il se plaignait ensuite du fait qu'il avait renoncé à certaines choses, mais que je l'avais fait revenir sur ses positions. Ouais, bah, remercie-moi du con, relâche moi et on en parle plus ! Mais au lieu de ça, il demanda à Bambi de... Je ricane fortement. Moi, à son service ? Mais bien sûr. Je rigole tellement, cette idée est absurde. " T'es un sorcier non ? Lances un sort et on en parle plus !" Je rigole encore quelques secondes et m'arrête quand Bambi reprend la parole. Elle n'est clairement pas enchantée par la nouvelle, et moi non plus, c'est le cas de le dire. L'expression de mon visage changea lorsqu'elle lui assura que j'allais faire au mieux. Mais... Pardon ? Moi, à son service ?  " J'ai mon mot à dire où... ?" Visiblement non. Mon regard se pose sur Bambi et je comprends ce qui va se passer. Si je ne suis plus auprès d'elle, c'est entièrement ma faute. Et si je fais le boulot correctement, je reviendrai plus vite. Je soupire et secoue la tête. " Et puis merde... Qu'on en finisse avec cette histoire. Je signe où ?" Je ne suis pas rassuré à l'idée de ne pas être auprès d'elle et Bambi est loin d'être rassurée par l'idée de ne pas m'avoir sous la main. Elle comme moi savions que cet endroit était dangereux. Je n'avais besoin de personne pour veiller sur moi, mais savoir qu'elle s'inquiétait pour moi m'incitais parfois à faire preuve de prudence... Sauf ce soir, évidemment...

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Like a falling leaf [Pv Morgan x Rosalina]

 Sujets similaires
-
» Hagiographie de Morgan de sauvigny
» DEXTER - Dexter Morgan
» (F/RESERVE) LINDSEY MORGAN
» Morgane kelterbaum Gagne un QT!!!
» XENOVIPER de Sideshow Freaks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: