RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Besoin de personnages masculins
Si vous n'avez pas encore une idée précise de personnage, privilégiez les personnages masculins ... on dit ça, on dit rien
Besoin de nephilims
N'hésitez pas à privilégier les nephilims que ce soit rebelles ou pro-créatures obscures, ils ont besoin de vous
La newsletter Version #3
Elle est par ici les copains
TopSITE fever !
Allez donc faire une bonne action en votant pour DAN ici, ici, ici et et récolter vos points dans ce sujet

 :: cita di romà :: » Monti
Partagez | 

 Incroyable rencontre [Léandro]

         

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Incroyable rencontre [Léandro]   Sam 20 Oct - 23:10

Incroyable rencontre.
Léandro et Morgan

Fin de journée. Rosie n'avait pas besoin de moi pour la soirée, il me semble qu'elle avait prévu de passer la soirée chez elle avec son fils. J'ai parfois tendance à oublié qu'elle avait un enfant et cela me faisait toujours autant sourire. Elle était capable de mettre sur pied un trafic de drogue, de sang ou quoi que ce soit et une fois chez elle, être une mère aimante. Je savais qu'elle aimait son fils, qu'elle y tenait plus que sa propre vie. Une mère doit se comporter ainsi, je pense, enfin personnellement, je n'ai pas eu un bon exemple.
Je n'ai jamais connu la mienne et je ne cherche pas non plus à savoir qui elle pouvait bien être. Je quittais l'étage où se trouvait son bureau et descendit au restaurant. Je pris place au bar et commandai un truc à boire. Je ne savais absolument pas comment occuper ma soirée. Pour une fois, que je n'avais pas de contraintes, je pourrais peut-être en profiter, mais je ne savais pas quoi faire et s'en étais désolant. Mon meilleur ami était aux abonnés absents et à cause de mes récentes blessures, je n'avais plus vraiment le droit de patrouiller. Mais rester tranquille n'était pas une activité que je savais pratiquer. Je terminai mon verre et appelai quelques connaissances pour voir s'ils étaient libres pour sortir en ville, tant qu'à faire. Au bout de quelques minutes, il fut convenu de se retrouver un peu plus tard dans la soirée dans un bar branché de Rome. Satisfait, je décidais de rentrer chez moi me doucher et changer mes pansements. Seulement, en route, je m'aperçus que j'avais fini mon paquet de cigarettes. Hum, pas cool d'aller à une soirée où l'alcool coulerait à flots sans clopes. Je changeais de trajectoire et me dirigeai vers un bar miteux de Monti parce que je savais exactement où en trouver pour pas cher. Non pas que l'argent soit un souci pour moi, mais tant qu'à faire. Depuis que le blason de la mafia romaine avait été redoré, l'argent ne tarissait pas et on se remplissait tous les poches à condition de bien faire le boulot. Sans compter les quelques contrats juteux que je prenais à côté, je n'étais pas quelqu'un de pauvre. Je poussais la porte du bar qui à mes yeux ressemblait plus à un taudis, mais passons. Le patron était là ainsi que quelques clients. Ce dernier me sourit tandis que je m'asseyais au comptoir et demanda des cigarettes. Comme j'étais l'un des bras droit de Rosie, tout le monde en ville savait qui j'étais. Ce dernier ne répondit rien, mais se dirigea vers l'arrière-boutique. J'en profitais pour regarder les gens autour de moi et l'un d'entre eux attira particulièrement mon attention. Sa tête me disait quelque chose, mais impossible de mettre un nom dessus. Au bout de quelques secondes, je changeai de place pour prendre le tabouret juste à côté de lui. " J'ai l'impression de vous avoir déjà vu, mais je ne sais plus où exactement." Et je détestais cette impression. Je détestais le fait de ne pas pouvoir mettre de nom sur la tête des gens. Possible, aussi, que je me trompe et que je ne le connaisse pas. Le patron revient vers moi et me posa trois paquets de cigarettes devant moi. Je sortis un billet et lui tendis et lui fit signe pour qu'il me serve un truc à boire. Je reportais mon attention sur l'homme assis à côté de moi. Puis soudain, l'illumination ! Il faisait aussi partie de la mafia, mais pas la nôtre. Il y avait un bruit qui courrait depuis un moment, il paraît que l'un des gars de la mafia napolitaine était en cavale. L'aurais-je trouvé ? Ce serait du pur hasard. J'eus un sourire et saisi mon verre pour boire une gorgée de vodka avant de reprendre. " Qu'est-ce qui vous amène à Rome, sinon ?" J'engageais une conversation normale, comme n'importe qui d'autre ferait.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 09/09/2018 , j’ai déjà envoyé : 73 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 8
MessageSujet: Re: Incroyable rencontre [Léandro]   Lun 12 Nov - 19:20


Tu observais les nuances de rouges au fond du lavabo, ces nuances écarlates jurant cruellement avec l’émail blanc pour former un indescriptible tableau. Dans tes yeux, la lueur faiblarde caractéristique des longues journées. Mais tu avais de quoi être satisfait. Tu avais poussé ton patron de force hors de la clinique trois heures plus tôt, le poussant sans aucune honte à aller retrouver Jules Angelo et Louis Félix afin de passer la soirée avec eux. Tu pouvais parfaitement gérer la clinique seul durant quelques heures. Un cadavre fraîchement déposé sur la table d’opération, tu n’avais pas été dérangé dans ton travail. Au final, ça t’avais plongé dans un calme quasiment surnaturel. Durant quelques heures tu avais travaillé minutieusement et avec précision dans le plus grand des silence, efficace et concentré, récupérant tout ce qui était encore viable sur le cadavre tout récent de ce jeune loup-garou que tu n’avais jamais croisé. Comme souvent, tu ignorais ce qui avait bien pu lui arriver et ce n’était pas ta priorité. Ainsi, tu t’étais contenté de retirer et d’entreposer avec soin. Vaszjr déciderait de lui-même en fonction des commandes ce qu’il en ferait. Maintenant, tes mains blottit sous l’eau froide, le savon entre tes doigts, tu t’efforçais de faire disparaître les dernières tâches de sang séché parsemant ta peau. Les deux gars envoyés par ton patron étaient venus récupérer ce qui restait de la jeune créature après le passage de ton scalpel tandis que tu finissais de nettoyer les lieux. Après une telle séance de travail, tu avais bien mérité un petit verre. Tu comptais bien faire un arrêt à l’étage inférieur avant d’aller manger dans un petit pub irlandais caché dans les rues de Monti, laissant la soirée aux trois Vance pour se retrouver.

Une fois assuré que tout était en ordre, les différents cadenas fermés et les outils impeccables, tu quittais les lieux, refermant avec un soin tout particulier derrière toi. Tu aimais le travail bien fait, certains pourraient sans doute te taxer de perfectionniste et ce à juste titre. Tu n’en avais pas honte. Tu n’aimais pas l’idée de travailler comme un cochon, de souiller ce qui te permettait de vivre au quotidien. Ce n’était pas une honte. Tu descendis calmement les marches de bois grinçantes pour te retrouver dans le vieux bar quelque peu miteux qui hébergeait la clinique. Néanmoins, malgré l’aspect peu reluisant de l’endroit, tu appréciais fortement les lieux. Rejoignant rapidement le bar, tu te perchais sur un tabouret tandis qu’un verre de whisky apparaissait rapidement devant toi. Tu relevais les yeux, un sourire se peignant sur ton visage lorsque tu aperçus le patron des lieux « -Merci Boss.
-Dure journée ?
-Chargée. ». Quelques mots suffisaient entre vous. Tu savourais tranquillement ton whisky à petites gorgées régulières, plonger dans des pensées, non pas sombres, mais calmes. De toute façon tu n’étais pas le genre à broyer du noir. Finalement le tabouret à tes côtés grinça et tu relevais la tête, légèrement surpris. Sous tes yeux, un homme blond, sûrement plus jeune que toi d’une dizaine d’années. Il te fit alors la remarque la plus bateau du monde, amenant ainsi un sourire amusé sur tes lèvres. Tandis qu’il payait clopes et consommation, tu répondis d’une voix laissant percevoir un rire contenu « -C’est la phrase d’accroche la plus clichée possible. ». Remarque qu’on ne t’avait pas encore fait depuis ton réveil quelques mois plus tôt, comme quoi il fallait un début à tout. Néanmoins, tu savais que c’était la phrase de drague/approche/accroche la plus inefficace au monde. Et pourtant ça t’amusait. Comme quoi il en fallait peu.

Tu repris une gorgée de whisky, savourant l’alcool fort passant contre les parois de ta gorge pendant qu’il t’interrogeait, sa question te faisant légèrement froncé les sourcils. Tu ignorais d’où tu venais, même si tu n’aurais pas parié sur Rome au vu du temps qu’il t’avait fallu pour t’orienter dans ces ruelles. Néanmoins, rien n’était sûr, ainsi comment l’homme à tes côtés pouvait produire telle affirmation ? Voilà un mystère bien intriguant qui allait peut-être occuper ta soirée. « -Qu’est ce qui vous fait penser que je ne suis pas d’ici ? A vrai dire je travaille dans le coin. ». Tu ne pouvais pas décemment dire que tu t’occupais d’ouvrir et de refermer des gens, morts ou vivants, pour leur piquer des toutes petites choses et ce, directement à l’étage du dessus, ce n’était pas correct comme présentation. « -Et vous ? Je passe pas mal de temps ici, il me semble bien ne vous y avoir jamais vu. Qu’est ce qui vous amène dans le quartier ? ». Formulation similaire. Curiosité. Recherche d’informations ? Peut-être bien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Re: Incroyable rencontre [Léandro]   Jeu 22 Nov - 18:20

Incroyable rencontre.
Léandro et Morgan

Je ne sais même pas pourquoi j'ai cette impression, mais elle est là, bien nette. Je ne crois pas l'avoir croisé en personne, fin, je ne sais plus. Je crois tellement de monde depuis que je suis dans la mafia romaine, que si je l'ai vu une seule fois au cours des onze dernières années, soit il m'a fait forte impression, soit il avait fait quelque chose que ma mémoire à enregistré. J'ai beau cherché, je ne trouve pas et je trouve ça frustrant. Du coup, j'ai engagé la discussion de la pire manière qui soit. Phrase clichée, un peu tendancieuse. Holà, mon ami, il ne s'agit pas de.... Je me sens con quelques secondes, un peu mal à l'aise, ne sachant plus où me foutre. Sérieux, reprends-toi. J'inspire légèrement, essayant de reprendre contenance. Parce que non, les hommes ne sont pas du tout mon genre. Est-ce que j'avais un genre d'ailleurs moi ? Je ne crois pas, enfin ce n'est pas la question du jour. Pourtant, je souris, prenant place à ses côtés.  " Aucun doute la dessus, mais c'est néanmoins vrai. Sans que ce soit tendancieux ou quoi, je précise." On sait jamais, n'est-ce pas ? Je ne voudrais pas qu'il se fasse des idées sur mon compte. Je range les clopes dans ma veste et demande une vodka glace et je repose les yeux sur lui. Soudain, illumination ! Il ne faisait pas partit de chez nous. Bambi n'aime guère les traîtres et moi non plus. Je ne sais pas comment ça se passe chez les autres, mais chez nous, c'est comme ça. Je ne sais pas ce qu'il a fait, et je m'en moque. Je n'ai pas non plus l'intention de le balancer, ce n'est pas dans mes intérêts de toutes manières. Je suis juste curieux de savoir ce qu'il fout à Rome, tout simplement. Il s'étonne un peu de la question, ce qui me fit légèrement sourire. " Je vis à Rome depuis ma naissance et depuis quelques années, cette ville accueille pas mal de gens." De créatures, en tout genre également. Je déteste ces espèces, qu'ils soient vampires, loups-garous, sorciers ou fées. Ils n'ont rien à faire dans le monde des humains et sans eux, la vie était bien meilleure. Qu'ils retournent se terrer, se cacher, c'était mieux avant... " Vous n'êtes pas de Rome, c'est certain." J'avance ça avec calme, parce que je savais de quoi je parlais. Il avait aussi ajouté qu'il bossait en ville. Intéressant. Je bus une gorgée de mon alcool. J'avais vraiment du mal avec les alcools forts, ou l'alcool tout court. Je ne buvais pas beaucoup et généralement quelques bières me suffisait pour que je commence à voir un peu trouble. Je suis certain au moins, que ce n'est pas ça qui me tuera. Soit je meurs à cause de mon activité au sein de la mafia ou comme voleur professionnel, soit je meurs dans la traque aux créatures obscures. Ou parce que je fume trop. Le reste ne me semble pas vraiment possible. Je ne me vois pas mourir de vieillesse. L'ennui. " Chouette, Rome est une ville où le travail ne manque pas, quel qu'il soit d'ailleurs..." Moi, je me plais dans ce qui n'est pas légal. J'aime mon travail au sein de la mafia romaine et surtout mon rôle envers Bambi. Et je suis sans doute aussi responsable de la moitié des vols qui ont eu lieu dans cette ville ces derniers mois. Vols de prestige et je suis fier d'être aussi bon. Lui ? Je ne saurais pas dire, mais déjà, vu son lien avec ma mafia napolitaine, ça ne doit pas être joli non plus. Puis, il me retourne la question. Clairement, même si je connais le quartier comme ma poche, ce n'est pas l'endroit que je fréquente le plus. Ou alors, à la nuit tombée. Ce qui est sans doute la raison pour laquelle je ne l'avais pas encore croisé. " J'habite un peu plus loin, mais je ne suis jamais dans le quartier. Je suis venu ici parce que je savais que je trouverais des clopes pas trop chères. Mon regard se pose un instant sur le tenancier de ce bar avant de me reposer sur lui. Je garde le silence quelques secondes avant de reprendre. " Pas trop perdu en ville ? Rome est vaste, il est facile de se perdre dans ses dédales.."

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 09/09/2018 , j’ai déjà envoyé : 73 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 8
MessageSujet: Re: Incroyable rencontre [Léandro]   Jeu 29 Nov - 20:06


Ton sourcil se hausse face à son affirmation. Tout doucement ta méfiance s’éveille. Cet homme semble bien trop certain de ce qu’il avance et voilà que tu doutes désormais. Et si il te connaissait mieux que tu ne te connais toi-même ? Au vu de ton amnésie, plus rien ne te semble vraiment étrange dans pareille situation. Néanmoins, ce n’est pas pour autant que ça te rassure. Toi qui est toujours l’incarnation du calme, ses paroles mettent tes sens en alerte et enflamment tes nerfs. Tu te crispes, t’efforçant de n’en rien montrer tandis qu’une alarme s’allume sous ton crâne. Sans accorder ta confiance à tort et à travers, tu n’es pas quelqu’un de très méfiant d’habitude. Mais là… Quelque chose dans son attitude te souffle de rester prudent. De ne pas te laisser avoir. Mais par quoi ? Tu l’ignores. Néanmoins, ça ne t’empêche pas d’écouter ton instinct. Si ce dernier choisis de s’exprimer maintenant, il doit y avoir une raison. La conversation était badine et finalement c’était peut-être ça qui te faisais plisser les yeux. Tu n’étais pas habitué à de telles conversations avec des inconnus et tu préférais être avare d’informations sur toi plutôt que balancer toute ta vie à tort et à travers. Sa raison ne te semble pas stupide. Tu ne fumes pas, tu n’en a pas ressenti le besoin depuis ton réveil. Peut-être qu’avant si ? Tu t’en fichais. Mais ça ne t’empêchais pas de connaître les tarifs pratiqués par le patron de l’établissement. Il était vrai que les clopes étaient moins chères ici qu’en d’autres points de la ville. Tu lui lances un regard rapide, le détaillant plus attentivement. De toute façon, au vu du disque dur quasi vierge de souvenirs qui te servait de mémoire, si tu l’avais déjà croisé, tu t’en serais rappelé. Ainsi tu en étais certain : cet homme t’était totalement inconnu mais ce n’était visiblement pas réciproque. Et c’était bien ça qui hérissait chacun des poils composant le duvet couvrant ton derme. « -Pas tellement. J’ai plutôt un bon sens de l’orientation. Avec un bon plan chacun peut s’en sortir. ». En fait, tu n’étais pas vraiment parti à la découverte de Rome. Entre ton métier, la famille de Vaz avec qui tu appréciais passer du temps, les quelques connaissances que tu t’étais fait au fil des mois et que tu croisais assez régulièrement finalement… Tu passais toujours plus ou moins dans les mêmes lieux. Mais ça ne t’empêchais pas de toujours garder un bon vieux plan papier bien plié dans la poche de ton manteau, accompagné d’une carte indiquant les lignes de bus. On n’était jamais trop prudent après tout. Intéressé, tu finis par l’interroger à ton tour d’un ton amusé, masquant la méfiance qui ne t’a pas quitté « -Qu’est ce qui vous rend si certain de votre affirmation ? Nos origines ne sont pas inscrites sur nos visages. ». Et heureusement en un sens : tu te fiches d’où tu viens. Pour qu’un mec totalement inconnu t’ai déposé chez Vaz en lui donnant juste ton nom pour ne plus jamais revenir, ton ancienne vie ne devait pas être top. Et pour l’instant tu te contentes très bien de celle-là. Qui sait, peut-être qu’un jour, l’étrange lubie de découvrir d’où tu viens et comment tu en es arrivé là te saisiras : mais pour l’instant ce n’est pas le cas et tu préfères profiter de ta vie au jour le jour et ce, sans te poser de questions. Tu as déjà bien assez à faire après tout. Savourant une nouvelle petite gorgée tu attends sa réponse, curieux de la connaître. Va-t-il éviter la question ? Ça ne t’étonnerais pas tellement au final. Il semble plus disposé à la badine conversation qu’à révéler des choses sur lui… Personnellement, tu n’es disposé ni à l’un ni à l’autre, du moins pas avec lui. C’est plus rapide. Néanmoins tu conserves ton sourire, toujours courtois. Il ne s'agit pas de le mettre dans de mauvaises dispositions non plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 322 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 416
MessageSujet: Re: Incroyable rencontre [Léandro]   Jeu 13 Déc - 20:46

Incroyable rencontre.
Léandro et Morgan

Je l'observe tandis qu'on engage une conversation banale, on pourrait parler de la pluie et du beau temps, ça serait exactement la même chose. Seulement... Je veux savoir ce qu'il fait ici, dans ma ville. On n'aimait pas trop les autres mafias du pays, sans doute parce qu'on avait fait le retour dans cette ville que depuis une poignée d'années, mais on était tout aussi efficace et dangereux que celle de Naples ou de Sicile. Pas de doute la dessus dans mon esprit. Même si le but était de limiter les contacts avec eux, de ne pas s'en faire des ennemis, je voyais d'un mauvais œil la présence de cet homme en ville. Je n'étais pas assez bête pour abattre mes cartes, surtout qu'il s'agissait visiblement d'un traître, selon les rumeurs. Et on sait tous que les rumeurs ne sont pas toujours le reflet de la réalité. Je n'étais pas le genre de personne à écouter les rumeurs de toute manière. Je l'observe tandis qu'il me répond et j'eus un léger rire. Rome était un vrai labyrinthe quand on ne connaissait pas chaque rue, chaque ruelle, chaque pavé. Moi, j'y étais depuis toujours, c'était mon territoire, mon terrain de jeu. " Certes...Et puis on trouve toujours quelqu'un qui vous indiquera la route." Ou pas. Je sais que depuis l'apparition des créatures et l'acceptation du Vatican, les gens sont beaucoup plus méfiant. Les mythes et légendes entourant les créatures n'étaient finalement qu'un reflet de la réalité et se prendre ce fait en pleine gueule, ça en a déstabilisé plus d'un. Moi y compris. Je n'aime pas le monde dans lequel on vit actuellement et je ne m'en cache pas le moins du monde. J'avale une nouvelle gorgée de vodka quand il me pose une question. J'eus un sourire et pose les yeux sur lui. Je garde le silence quelque longues secondes, le temps de savoir exactement quoi lui dire et comment lui dire les choses sans dévoiler mon jeu non plus. " Je sais bien, mais vous..." Je joue quelques secondes avec mon verre avant de reprendre. " Je vis et travaille en ville depuis toujours, je sais comment sont les gens d'ici, mais vous, c'est différent. Je ne saurais pas vraiment l'expliquer..." Je hausse les épaules et souris. Pourtant, c'est si simple, moi qui sais exactement qui il est, même si je ne le connais pas en tant que personne. " Prenez l'exemple de cet homme que nous avons en face de nous." Je désigne le patron du bar dans lequel nous sommes actuellement. Je le connais bien et je souris. " Tout le monde vous dira que c'est un pur romain. A cause de ce qu'il dégage, de son accent, cette ville a une aura particulière qui déteint sur les gens qui y vivent." Je repose mon verre et en demande un autre. " Ce qui n'est pas votre cas. Voilà comment je sais que vous n'êtes pas de Rome." J'attends mon verre en silence et n'ajoute rien de plus pour l'instant, lui laissant le temps d'assimiler ce que je venais de lui sortir. Je sortis mon paquet de cigarettes et en portai une à mes lèvres, demandant dans un geste silencieux si ça dérangeait le patron que je fume à l'intérieur. Avec sa permission, je l'allumais, tandis que l'homme fit le tour de son bar pour ouvrir une fenêtre pour aérer un peu la pièce. Le silence qui s'installait avait quelque chose de pesant, mais pour le moment, je maîtrisais la situation, du moins j'en avais l'impression. Écrasant mon mégot dans un cendrier, je repris. " Il paraît que Naples est une ville sympathique, vous y êtes déjà allez ?" Je souris, vraiment amusé de la situation. " Personnellement, je ne suis presque jamais sortit de cette ville, sauf pour allez à Venise. Aaah, le sud de notre pays à tellement de charme il paraît..." Je repose les yeux sur lui, attendant une réaction de sa part, quelle qu'elle soit d'ailleurs. Je portais une nouvelle fois mon verre à mes lèvres.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Incroyable rencontre [Léandro]   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Incroyable rencontre [Léandro]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: