RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Besoin de personnages masculins
Si vous n'avez pas encore une idée précise de personnage, privilégiez les personnages masculins ... on dit ça, on dit rien
La newsletter Version #3
Elle est par ici les copains
TopSITE fever !
Allez donc faire une bonne action en votant pour DAN ici, ici, ici et et récolter vos points dans ce sujet

 ::  :: LA FÊTE FORAINE
Partagez | 

 Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan

         

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 12/06/2018 , j’ai déjà envoyé : 1116 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 2237
En ligne
MessageSujet: Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan   Ven 2 Nov - 11:08

Into beautiful minds
Giacomo & Manhattan & Ezekiel


Le monde a changé. Il ne ressemble plus à celui que tu avais laissé. Sur lequel tu avais régné. T’étais respecté dans ton domaine. La médecine légale, celle qui a réveillé tes pulsions. La froideur est répugnante pour certains, pour beaucoup, mais ce n’est pas le cas pour toi, docteur Ulrich. Toi, la froideur te réchauffe de l’intérieur, fait exploser tes entrailles dans un arc en ciel d’orgasme incommensurable. Ah oui, tu t’es énormément amusé dans les années quatre vingt dix. Ta folie des pulsions s’est déroulé pendant à peu près dix ans avant que le commun des mortels ne te juge trop impur. Sérieusement, tu ne faisais du mal à personne. Comment cela fait-il que les officiers de police ou de l’armée sont récompensés pour avoir tué alors que toi … toi tu es jugé comme un être ignoble, bon pour être incarcéré et ensuite torturé ? Non, le monde ne tourne pas rond, n’a jamais tourné rond selon toi. Et maintenant que tu as trouvé un corps, tu es bien décidé à continuer ce que tu as été obligé d’arrêter. Tu ressens l’hôte qui se bat à l’intérieur. Calme-toi, dis-tu. Calme-toi, parce que ce soir, c’est à toi de jouer. C’est à toi de chercher cette froideur tant convoitée. Tu marches, la tête haute, propre sur toi-même. Tu n’as même plus besoin d’utiliser ta canne, ce corps est en pleine forme après tout, il semble si jeune. Tu as laissé tomber la jeune femme qui était avec lui. Trop vivante pour toi. Tu marches alors, tu guettes, tu découvres ce nouvel univers. On parle de sorcier, de loup-garou, d’un monde obscur révélé au grand jour. Toi, tu t’en fous, tu cherches surtout les vampires. Après tout, ils peuvent satisfaire tes pulsions. Des gens se baladent devant toi. Tu n’as pas besoin d’être devin pour comprendre ce qui se passe. Vous êtes plusieurs d’avoir échappé aux enfers en cette soirée mirifique. Vous êtes plusieurs et sans peine, tu arrives à détecter un être tout aussi putride que toi. Un sourire en coin, tes pas toujours aussi élégants, tu t’approches de lui. « Excusez-moi, jeune homme mais il me semble vous connaître. » Peut-être est-ce une impression ? Tu n’en sais rien. Après tout, tu es certain d’avoir la réponse bientôt. Les gens de ton espèce ne courent pas les rues. Les nécrophiles, doivent opérer en silence, doivent traquer dans l’obscurité mais vous savez vous reconnaître et cet homme, tu es sûr de l’avoir déjà croisé dans une autre vie, lointaine et si proche à la fois.

AVENGEDINCHAINS



Can someone please show me the way? And you came to me In some way And my life Will never be the same. You're like a freaking Is like a hurricane, then i start to breathe cause this fear is just an illusion
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 04/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 203 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 246
MessageSujet: Re: Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan   Dim 4 Nov - 20:40


Into beautiful minds.

Ezekiel & Giacomo & Manhattan

Prendre possession de ce corps a été plutôt inattendu. Mais c’est une bonne surprise, il est plus jeune que celui que j’avais à ma mort – plutôt douloureuse et humiliante d’ailleurs – et il est bien entretenu. Le corps d’un néphilim parait-il. Les créatures n’ayant fait leur « coming-out » qu’après mon arrestation, j’avoue n’en avoir jamais croisé de mon vivant. C’était ma chance de me rattraper. Et quand bien même le corps d’un être humain dans lequel coule du sang d’ange est intéressant, j’avoue que ce n’est pas la créature qui m’intéresse le plus. Non. De manière soudaine une douleur se manifeste dans mon épaule droite – enfin l’épaule droite du corps que j’emprunte – ce qui semble amuser son hôte d’origine qui jusque-là se débattait contre mon emprise. Je masse donc l’épaule en question tout en regardant autour de moi, peu emballé par le décor. Je n’ai jamais été très fan des fêtes foraines, surtout quand il y a des clowns dans ceux-ci. Mais comme c’est ici que m’est offert la possibilité de gouter à nouveau à la vie, je peux difficilement m’en plaindre. J’avance lentement, observant tout autour de moi, laissant ma nature analytique prendre le dessus. Parmi ceux qui déambulent entre les stands, il est évident qu’il y a des créatures obscures. Ils ne s’en cachent pas, oreilles pointus, peau multicolore, cornes et autre. Mais ce qui m’intéresse, m’intrigue, m’attire, ceux sont les peaux anormalement pâles, et les canines pointues, qui trahissent la nature de morts-vivants de ceux qui portent ces attributs.

Ancien médecin légiste, la mort m’a toujours fascinée, son calme, sa froideur, son implacabilité. Tellement à l’opposé du chaos qu’est cette vie. Et même du chaos interne qui agite ce corps dont l’hôte originel cherche tant à reprendre le contrôle. Sauf que la mort m’a toujours un peu trop fascinée d’après mes pairs. Ils me font bien rire : les hommes enterrent leurs morts qui se font ensuite dévorer par les insectes, et on m’en veut d’avoir pris un peu de bon temps. Suis-je si terrible ? Au moins je n’ai agi contre le consentement de personne. Mes réflexions sont interrompues par une voix, qui cherche à savoir si nous nous connaissons. Je me retourne et le dévisage calmement. Il y a en effet quelque chose de familier chez cet homme mais difficile de dire quoi. En même temps moi-même je ne suis pas dans mon corps d’origine, alors est-ce que cet étranger – qui a quand même la chance d’avoir un corps plus jeune que le mien je note mentalement – se réfère à l’être usant habituellement de ce corps ou à mon esprit échappé des limbes de l’oubli ? Peut-être est-ce ça justement qui nous semble familier est le fait que nous sommes tous deux des êtres « réincarnés ». Je lui réponds donc, d’une voix dépourvue de l’accent américain que je devrais avoir : « Qui sait, peut-être nous nous sommes rencontrés dans une autre vie ? ». S’il est comme moi, je pense que mon vis-à-vis comprendra mon double sens. Sinon je ne passerais que pour un excentrique. Apparemment il vaut mieux être excentrique que nécrophile. D’ailleurs à propos d’être qui me rappelle quelque chose, j’avise une jeune femme qui passe près de nous et qui me laisse la même impression que celui à qui je viens de parler. Je l’arrête donc d’un geste avant d’ajouter : « Et qui sait, peut-être que cette jeune femme aussi je l’ai rencontré dans une vie antérieure. ».  
code by EXORDIUM.





- Distorted reflection of the past -
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai débarqué à Rome le : 20/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 628 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 3992
MessageSujet: Re: Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan   Sam 10 Nov - 17:16



INTO BEAUTIFUL MINDS.
Ezekiel, Giacomo, Manhatta
Manhattan se sentait bizarre. Elle n’était plus maître de son corps, mais son esprit subsistait derrière l’entité qui la possédait. Elle ne pouvait ni parler, ni bouger le moindre muscle de son corps, elle se retrouvait complètement piégée. C’était comme vivre un cauchemar dans la réalité. L’entité de son côté, William Pezzo de son nom… appréciait la vue qu’il avait. Bien que cette vue eût des attributs qu’il avait l’habitude de prendre… et de violer avant de tuer. Attributs juvéniles qui paraissent si purs. Les cheveux roux et les tâches de rousseurs de la jeune dame qu’il possédait l’excitait. Il se mettait même les mains sur les seins juste pour s’assurer que c’était la réalité. William semblait s’amuser de cette situation en poussant des petits rires qu’il estompait immédiatement, car il n’avait jamais entendu sa nouvelle voix.  Il ressemblait à un enfant devant un nouveau jouet… sauf que le nouveau jouet c’était lui-même. Pauvre Manhattan forcée de regarder ce délire… sans pouvoir agir. Pourtant son esprit interne bouillait, elle l’éjecterait à coups de pied dans le cul si elle le pouvait. «Je vais pouvoir changer de côté pour une fois… attiré de jeunes garçons prépubères, sapée ainsi. Si jolie, la petite.» L’homme esprit en parlait comme s’il en était fier. Comme s’il pouvait enfin accomplir quelque chose qu’il n’avait jamais pu faire avant. Un inédit… « Répugnant» se disait la jeune rousse prisonnière. Même un «Berk» Lui venait en tête. «10 PETITS garçons la première fois, si purs, si délicieux à toucher et sombrer dans le charnel… 10 PETITES filles cette fois, vierge, jeune, délicieusement non formées. Miam… Je vais me régaler.» Disait-il devant une glace de la maison aux miroirs.  Manhattan voulait gerber, elle voulait ne plus être consciente de ces conversations monologue de ce type dégueulasse.

William se pressa alors de se promener dans la fête foraine à la recherche de sa nouvelle victime. Il penchait pour une petite blonde. Il aimait les cheveux clairs. Toutes ces victimes étaient blondes ou rousses. Il s’enchantait donc, du corps de son hôte. Il se lécha les lèvres en apercevant une petite gamine blonde qui dévorait sa barbe à papa accrochée au bras de sa maman. Elle représentait tout ce qu’il voulait. Pourtant, il se retint en pensant qu’on parlait de lui. Un blond, maigrichon et un brun au regard de feu.  Le blond l’avait pris par le bras soudainement. Manhattan réagit en disant silencieusement : «Gia!! Enfin quelqu’un qui pourra m’aider.» L’esprit en elle n’aima pas le fait que la petite connaissait ces gens, mais il ne put s’empêcher de répondre au joli blond : «J’ai l’impression que nous dégageons les mêmes envies et vices jeune homme.» Manhattan se croisait les doigts pour que Giacomo soit normal et qu’il n’est pas subit le même sort qu’eux. «Comment trouvez-vous cette petite?» Dit-il en montrant la gamine à la barbe à papa. «Aussi délicieuse que sa friandise.» Ajouta-il finalement.

code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Into beautiful minds ~ Giacomo & Manhattan

 Sujets similaires
-
» Criminal Minds (Peaches)
» A beautiful lie
» The most beautiful dice in the world
» Hearts and Minds
» Evangeline - collection 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: