RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Contexte & cie » Même sur Die ac Nocte, nous possédons quelques règles, un univers bien précis à apprivoiser, à comprendre. Pour ce faire, cette partie a été faite pour vous. C’est ici que vous commencerez votre aventure, que vous trouverez de quoi comprendre le forum.
VOUS LES COPAINS, JE NE VOUS OUBLIERAI JAMAIS Two truths, one war... 2521561984
Après une jolie année, DAN ferme ses portes. Vous pouvez lire les petites explications et les petits mots du staff ici Two truths, one war... 3308333368

 ::  :: » Capitole :: » Galleria Alberto Sordi
Partagez

 Two truths, one war...

         

Nate Gallagher

Nate Gallagher
J'ai débarqué à Rome le : 09/01/2019 , j’ai déjà envoyé : 272 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyMar 15 Jan - 13:41

two truths, one war...
Nate Gallagher & Morgan I. Ricci

Nid douillet à peine quitté, déjà le vampire se perd dans la plèbe crasseuse de la capitale italienne… En quête de vérité. En quête de justice, le pauvre bougre voit se convictions ébranlées de jour en jour. Se heurtant contre des murs qu’il ne peut escalader, Nate n’en reste pas moins ce cavalier de l’ombre au cœur pur. Jamais un humain n’aura souffert de sa main. Aucun, sauf un. Mission auto accordée, de trouver aux yeux de l’humanité, ce pardon. Croyant au plus profond de ses tripes, l’abomination se fait prieur silencieux, de nuit en nuit. Prêcheur à qui veut bien l’entendre, d’une paix possible entre les créatures de l’obscurité. Entente possible entre le monde de la nuit et celui du jour, à partir du moment où ni l’un ni l’autre ne vient empiéter sur leur royaume respectif… Pauvre fou. Considéré comme tel par beaucoup de ses semblables, il se terre et se fait discret au cœur de cette capitale aux airs d’une apocalypse précoce…

Marchant dans le soir. Croisant quelques âmes perdues… L’humidité pesante dévoile le semblant de vie factice qui se cache dans ses poumons, rythmée par sa marche. Dégaine peu attirante… Tendance à faire fuir le monde sociale pour ne guère s’attirer d’ennuis. Jeans défraichis, troué, tâché, trop large. Baskets à la durée de vie bien largement dépassée. T-shirt et pull à capuche sombres, sont protégés par l’armure ouverte de cuir noir. Bonet caché sous la capuche et mitaines, viennent finir ce look peu rassurant. Les mains dans les poches, la tête dirigée vers le sol, il regarde où il met les pieds. Clope au bec étant le détail qui conclut le non-dit. Cerise sur le gâteau. Celle rougeoyante qui attire l’œil.

Direction prise du bureau de Nathan Lancaster… Vampire devenu indépendant à la perte de son clan. Vampire qui autrefois, lui aura sauvé les fesses. C’est lui qui, par la grâce de sa Mère, lui aura trouvé une place dans cette patrouille nocturne de surveillance alliée au ravitaillement… Front solaire évité, mort imminente anéantie. L’amour d’une Mère n’a pas de limite… ! Vie de son fils préservée, grâce à l’influence de cet ‘ami’ du clan… Même si la mort aurait été préférée, l’humaniste lui en doit une… Contact jamais réellement perdu, redevance toujours entretenue.

Il marche dans la rue, le bougre. Cible de choix de certaines créatures aux idées fondamentalement opposées aux siennes, il préfère se fondre dans la masse. Se glissant telle une ombre sur les murs. Obligé de cacher aux yeux de ceux qui savent, l’indice qui permettait de l’identifier et de le catégoriser. Pendentif à l’œil prisonnier d’un pentacle, dévoile le symbole d’un sorcier ancestral, fondateur d’un Refuge qui accueille en son cœur, les âmes perdues. Qu’elles soient du monde obscur ou du monde de la lumière, toute personne est la bienvenue. Ses bras restent ouverts à ceux qui le souhaitent. Paix trouvée. Tolérance apprise. En ces terres, le conflit est inexistant. Resté au seuil de la porte, il n’a guère sa place dans les esprits recueilli. Tous passage dans ce refuge, est marqué du symbole de son créateur. Grand sorcier réputé pour. Marquage non obligatoire. Tatouage, collier, pendentif, bracelet, pièce frappée,… ils sont nombreux les objets témoins d’une paix universelle possible. Celui qu’aura choisi Nate, ne fut pas rare. Collier rapidement adopté pour sa praticité. Périple à travers le monde, il choisira de se faire également tatouer dans un moment de nostalgie… Aujourd’hui, collier caché au aux yeux du monde, au creux de sa poche arrière, à l’abri dans son portefeuille. Son pas agité le fait remonter et dépasser quelque peu… Il attire l’œil. Cerise rougeâtre donnant l’appétit à l’affamé…
(c) kss





I could burn to save them
il est de ceux qui se battent pour sauver l'humanité. protecteur de l'ombre. humanité le blâmant pour la bêtise de toute une race. Loyauté stupide.


Revenir en haut Aller en bas

Morgan I. Ricci

Morgan I. Ricci
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 493 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 164
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyVen 8 Fév - 15:19

Two Thruths, one war...
Nate et Morgan

Le regard posé sur la foule un peu en contre-bas, je ne fais même pas attention à ce que disent les gens autour de moi. Perdu dans mes pensées, je suis là sans être là, j'ai trop de choses en tête ces derniers temps. Et je n'ai plus de temps à accorder à ceux qui ont pris soin de moi lors de ma sortie de cette maison de correction lorsque j'avais dix-huit ans. C'est loin tout ça, tellement désormais. Aujourd'hui, je ne suis plus seulement ce petit voleur qui vole pour survivre, non, je suis bien plus. Je reste toujours un voleur parce que j'excelle dans cette discipline, mais désormais, je le fais sur contrat, via la mafia romaine dont je fais également partit. J'ai assez vite gravi les échelons pour être l'un des bras-droit de notre chef actuel. Je suis celui que l'on voit le plus souvent avec elle et celui en qui elle a confiance. Ma loyauté pour elle n'a pas d'égal. Du coup, mes journées sont bien occupées, et mes nuits le sont tout autant depuis que je me suis lancé dans la traque des créatures obscures. Je suis un bon chasseur, ayant l'habitude de me battre, d'en prendre plein la gueule et de ne pas me plaindre. Limite, plus j'ai mal, plus j'en redemande, un peu maso quelque part. Je souris à cette pensée et je reprends le fil de la discussion lorsque quelqu'un pose sa main sur mon épaule. " Hmmm ?" Mon regard se pose sur le brun à qui appartient cette main sur mon épaule. " On se disait avec les gars, que ça faisait un moment que tu n'as pas fais de vol à la tire. Tu étais le meilleur d'entre nous à l'époque et David pense que tu as perdu la main." Un sourire se dessine lentement sur mes lèvres avant de répondre. " Rêver pas, je suis toujours le meilleur." Étais-je en train de les défier ? Sans aucun doute et peut-être que dans le fond, je voulais me prouver à moi-même que je pouvais encore le faire. Je me relève et scrute la foule en bas avant de me détourner. " Donnez-moi cinq minutes. Et observez, vous en prendrez de la graine comme ça." Un peu arrogant, parce que j'étais sûr de mes capacités, je les plante sans plus de cérémonie et descend d'un étage pour commencer mes méfaits. Le secret, c'était d'être rapide et avoir la main légère. Je ne dis pas que je ne me suis jamais fait prendre, mais bien moins souvent que ceux qui sont resté à l'étage. Un sourire sur mes lèvres, je commence à faire les poches de certaines personnes. Rapidement, le geste sûr. Je suis pourtant en alerte, je ne suis pas à l'abri d'être vu par quelqu'un, mais pour le moment tout se passait bien. Je ne cherchais même pas à savoir si la personne que je volais était humaine ou pas. De toute façon, je déposerais tout un peu plus tard, n'ayant pas besoin de l'argent ou de ce qui se trouve à l'intérieur. C'est juste pour prouver aux autres que je savais encore faire. Lorqsue je décide d'en avoir assez fait, mon regard se porte sur un jeune homme à l'allure particulière. Je ne sais pas pourquoi, mais je m'approche pour lui enlever son porte-feuille qui se trouvais dans la poche arrière de son pantalon et m'éloigna comme si de rien n'étais. Je rejoignis les autres et posai les objets sur la table devant leurs yeux. Pourtant, j'en tenais toujours un en main et une petite chaîne pendait. J'ouvris l'objet et récupérai la chaîne entre mes doigts et regardai attentivement le symbole qui y était rattaché. Je plisse les yeux quelques secondes, étant certain d'avoir vu ce signe quelque part.  Seulement, j'étais bien incapable de savoir ou ni ce que cela voulait dire. Mon regard se porta sur la foule pour retrouver cet homme, mais rien, je ne le trouvais plus. Dommage, parce que maintenant, je voulais absolument savoir. Et puis, il y avait eu cette impression quand j'avais posé les yeux sur lui. Sans que je ne sache exactement comment ni pourquoi, je me doutais que je n'eusse pas à faire qu'à un simple humain. Sans doute que mes longues nuits de traques m'ont aider. Quoi qu'il en soit, il fallait que je le retrouve. Soudainement, je fus lassé d'entendre ses amis d'une autre vie, s'extasier sur mes capacités de vol à la tire. J'avais envie de leur dire de se taire, mais je savais que ça allait être mal vu. Je préférais donc partir en les saluant, précisant qu'il fallait que je file, que j'avais quelque chose à faire et que j'avais oublié. Je hochais juste la tête lorsque l'un d'entre eux proposa que l'on se revoie rapidement. Compte la dessus, pensais-je avec un sourire sur le coin des lèvres. J'eus pour réflexe de regarder dans ce porte-feuille, cet homme ou quoi qu'il soit, devait bien dormir ou habiter quelque part. Il y avait le numéro d'un avocat de renom, d'autres numéros et une adresse, un hôtel un peu plus loin. Dans les bas-fonds de cette ville. C'est sans doute pour ça que j'ai eu cette impression, faisons-nous donc partit du même monde ? J'en savais rien, mais j'allais bientôt le savoir, j'imagine. Je me redis à l'adresse indiqué et le numéro de chambre indiqué sur le bout de papier, je frappais à la porte, tout en priant pour ne pas tomber sur quelque chose de plus louche encore. J'eu un sourire et ma main glissa en bas de mon dos et je sentis mon arme sous mon pull. Bien. J'attendis, mais pas de réponse, pas de bruit non plus. Il ne devait pas être encore rentré. Pas grave, j'avais toute la nuit à attendre. Je m'éloignais légèrement et coinçai une cigarette entre mes lèvres et l'allumai. Adossé à un mur, j'attendis.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Nate Gallagher

Nate Gallagher
J'ai débarqué à Rome le : 09/01/2019 , j’ai déjà envoyé : 272 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyJeu 14 Fév - 19:54

two truths, one war...
Nate Gallagher & Morgan I. Ricci

Chemin du retour, la rage au ventre. Il n’aura rien senti. Il n’aura rien vu venir. Lui, l’habitué à la plèbe des bas-fonds crasseux des quartiers sombres urbains.  Junkie aura su se faire tirer son portefeuille sans jamais rien remarquer ! Mais s’il y a une chose de certaine, c’est que le suceur de sang était persuadé de l’avoir en quittant sa chambre miteuse de cet hôtel peu reluisant qu’il avait à peine les moyens de se payer. Location misérable mais à portée de main. Pas de service d’entretien le temps d’occupation, et ç’a l’arrangeait bien, lui, le nocturne. Persuadé, puisqu’il s’était acheté un paquet de cigarette en chemin. Chemin qui l’emena aux portes d’un cabinet d’un avocat à la belle renommée. Renommée don Nate se fichait totalement, ayant depuis longtemps, outrepassé les réputations des personnes ! Jugement basé sur l’être en lui-même. Pas sur la brillance d’une carrière ou sur les fringues hautes coutures qu’il porte. Pas sur la crasse d’une vie gâchée ou sur les vêtements récupéré chez les nécessiteux. Non. Jugement basé sur la personne. Sur le verbe qu’il emploi. Depuis longtemps, les apparences ne font plus partie de l’équation. Depuis longtemps, Nate aura appris à porter ses yeux au-delà de ce qu’ils peuvent lui montrer. La première impression reste, logique. Mais il ne s’y fie pas, le bougre. Il ne s’y fie plus ! Quand on voit ce que ça lui aura amené… Quand on voit ce que ça lui aura coûté… ! Terminé…

Il traverse la nuit. Fin de journée passée chez son ami et début de soirée perdue dans les affres du temps… La nuit est tombée et bien entamée ! Il marche, telle l’ombre dans son élément. Avocat qui lui aura sauvé les fesses autrefois, lui aura donné son numéro de téléphone. Offrande gracieuse. Même si Nate est un aimant à emmerdes, il saura ne pas trop impliquer son ami qui pourtant, verrait son chiffre d’affaire augmenter considérablement si Nate faisait partie de sa clientèle… ! Il n’en abusera pas. Il se l’est promis. Il se l’est juré. Il n’a pas le droit. Il ne s’en donnera pas le droit… Il le respecte de trop. Malgré ce qu’il aura pu lui dire concernant sa dette impayée, malgré ce qu’il aura pu lui dire concernant sa Mère… Matriarche détestable qui n’aura encore guère manifesté son intérêt pour un quelconque service à lui rendre, hors que son enfant horripilant, aura su se dégager de ce service par le simple fait de sa présence et de sa spontanéité. Il se sera montré à lui, désireux de payer – pour elle – la vie qu’il lui avait fait garder, malgré ses réticences sur sa nature. Nathan est un vampire que Nate trouve digne. Pilier et homme de loi qu’il est, il sait jouer dans les règles. Honnête. Droit. Juste. Modeste… De ce vampire, Nate aura su s’attirer une amitié précieuse malgré sa redevance. Affection pour cet être qui finalement, lui ressemble en quelque point.

Clope au bec, la nuit verra ses voulûtes de fumée toxique blanche montante, entacher l’obscurité étoilée. L’humidité est encore pesante. Son pas résonne entre les murs pourtant moisis. Heureusement, la clef de sa chambre aura été glissée dans la poche de sa veste. Quelque peu frustré et contrarié d’avoir perdu ses papiers d’identité, il pense déjà aux différentes démarches administratives afin de les récupérer… Mais il pense aussi au collier qui y était caché. Collier qui représente une autre vie, une autre réalité possible au-delà des conflits actuels. Collier qui représente l’espoir terni par le départ du Guide qui reste encore introuvable… Il brasse des idées noires, l’impie… Il se demande ce qu’il fout là. Il se demande pourquoi ce silence. Il se demande s’il ne repartirait pas au Refuge, afin d’accomplir la mission que son sorcier lui aura confié…

Il arrive à proximité de la porte de sa chambre. Sa clef en main. Un gars, blond, les yeux perçants la nuit n’est pas loin… Odeur humaine. L’impie fronce les sourcils. Vu l’heure qu’il est, il devait certainement faire partie de cette plèbe des bas-fonds, trafiquant potentiel. D’habitude, le vampire ne se mêle pas de ce qui ne le regarde pas. Mais là, quelque chose dans l’attitude du p’tit blond, trahit son impatience. Il ne saurait dire quoi, mais Nate devine qu’il n’est pas là par hasard…

- « T’attends quelqu’un ? »

Lui dit-il, de but en blanc. Sans accros, sans pommade. Franchise dégueulée à l’instar d’une politesse qui se verra plutôt dans l’inquiétude et l’empathie de son intérêt. Intérêt visible par sa question. Sinon, vampire aurait fermé sa mouille, détourné le regard, et serait rentré dans sa chambre répugnante…

(c) kss





I could burn to save them
il est de ceux qui se battent pour sauver l'humanité. protecteur de l'ombre. humanité le blâmant pour la bêtise de toute une race. Loyauté stupide.


Revenir en haut Aller en bas

Morgan I. Ricci

Morgan I. Ricci
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 493 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 164
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyMer 6 Mar - 15:43

Two Thruths, one war...
Nate et Morgan

Adossé au mur, cigarette coincée entre mes lèvres, j'observe d'un œil distrait le va et viens autour de moi. Il est vrai que je me trouve dans les bas-fonds de cette ville, à l'endroit même où l'on trouve ce qu'il y a de pire sur cette terre. Pour certains, c'est la vie qu'ils ont choisie, pour d'autres, c'est la faute à pas de chance. C'est l'heure ou les trafiques en tout genre commence et je sais que si je le voulais, je pourrais aisément trouver de tout, mais je ne me drogue pas. Jamais. C'est mauvais pour la santé et je sais que Rosa ne voudrait pas d'un bras-droit qui arrive avec de la coke plein le pif ou des traces d'aiguilles dans le bras. Non, sans façon. Je me bousille la santé avec la cigarette et un peu d'alcool. Et je risque ma peau en traquant des créatures, ce n'est déjà pas si mal. Pourtant, se va et viens des clients qui achètent leur came bon marché m'hypnotise quelque peu. Et je me dis que ça pourrait être bon pour nos affaires d'en vendre dans le secteur aussi, ou de faire travailler ceux qui sont déjà sur place pour la mafia romaine. Pourquoi pas après tout. Je recrache la fumée et jette le mégot un peu plus loin. J'espère que l'autre ne va pas rentrer aux aurores, je n'aurais pas la patience de l'attendre jusque-là. La patience n'est pas l'une de mes qualités première au grand dam de ma chef. Je sors mon téléphone de ma poche et regarde l'heure, puis check mes messages avant de le ranger de nouveau. Mais qu'est-ce que je fous ici sérieusement ? C'est une grande première pour moi de rendre quelque chose que j'ai volé directement à son propriétaire. D'habitude, je le dépose dans un endroit ou quelqu'un de bien intentionné le donnera aux flics. Je ne fais plus de vol à la tire depuis des années, mais il est plaisant de voir que j'ai toujours la main. Seulement... Cet objet m'intrigue, ce pendentif avec ce symbole. J'ai l'impression de l'avoir vu quelque part, mais son sens m'échappe complètement pour l'heure. Je sors de mes pensées quand une voix m'apostrophe. Je relève les yeux et les pose sur l'homme que j'avais volé un peu plus tôt dans la soirée. Il était temps qu'il revienne parce que moi, j'étais sur le point de foutre le camp de cet endroit. Je fouille dans mes poches en silence, sors mon paquet de cigarettes et en coince une entre mes lèvres. Une fois allumée, je sortis le porte-feuille de ma poche et jouai quelques secondes avec avant de le lui lancer. " J'suis venu te rendre ça, c'est moi qui te l'ai pris tout à l'heure dans la foule." Pas d'excuses, ça sert à rien. Cet homme, il est en piteux état ou bien, il était tout le temps comme ça, j'en sais rien, mais vu l'endroit où on se trouve, il n'y a pas grand-chose qui pourrait me surprendre. Pourtant, je ressentais quelque chose à son encontre. J'avais chassé suffisamment de créatures ces temps-ci pour savoir qu'il n'était pas seulement humain. Je le sentais, sans que je ne sache vraiment pas pourquoi. Et je me redressais légèrement, un peu plus sur mes gardes à présent. " Il ne manque rien, si tu veux vérifier." J'ai juste fait ça pour le fun et pas parce que j'en ai besoin. Je vis confortablement depuis que j'ai rejoint la mafia, il y a un peu plus de dix ans maintenant. Sans compter ce que mes contrats à côté me rapportent. Je pose les yeux sur lui et reprends. " Oh et j'oubliais, il y avait ça aussi..." Je sors le pendentif de ma poche et joue avec quelques secondes. Cela me disait vraiment quelque chose, mais je n'arrivais plus à savoir où et quoi exactement. Et puis, je m'en moquais un peu. " C'est quoi ce symbole ? J'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part." Ce qui n'était pas faux, mais ma mémoire me faisais défaut sur ce point précis. Tant pis, lui m'expliquera, j'imagine. Un éclat de voix me fit tourner la tête vers la rue. Deux types étaient en train de s'engueuler dans l'indifférence générale, ce que je pouvais comprendre. On ne se mêle pas des affaires des autres, surtout quand ça concerne la drogue. J'expire la fumée et écrase le mégot de cigarette du bout du pied. Je reposais les yeux sur lui en attendant une réponse de sa part.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Nate Gallagher

Nate Gallagher
J'ai débarqué à Rome le : 09/01/2019 , j’ai déjà envoyé : 272 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptySam 13 Avr - 14:22

two truths, one war...
Nate Gallagher & Morgan I. Ricci

Son regard se lève sur le vampire. Silence. Il sort une cigarette de son paquet et se l’allume avant de sortir un portefeuille de sa poche. Jouant quelque peu avec devant lui, Nate reconnu celui qu’il avait perdu. Situation étrange qui inspira de la méfiance soudaine à l’impure… Que cherchait-il ? Il lui lança enfin. Il le rattrape de justesse. « J'suis venu te rendre ça, c'est moi qui te l'ai pris tout à l'heure dans la foule. » Nate le regarda alors, confus. Sourcils froncés, il essayait de comprendre la motivation de ce voleur. Touché par les remords ? « Il ne manque rien, si tu veux vérifier » Réflexe commandité par l’humain, le vampire s’exécuta. La cigarette coincée entre l’index et le majeur droit, tout y était sauf la chose la plus précieuse qu’il possédait. Le pendentif. Seul témoin de son allégeance, le voilà aux abonnés absents.

« Oh et j'oubliais, il y avait ça aussi... » Renchérit-il en sortant le collier convoité et jouant à nouveau avec. Sale habitude. Il prend plaisir à narguer ses victimes, le vile ! Alors que Nate repliait son portefeuille pour l’insérer dans sa poche arrière, le blond lui demanda : « C'est quoi ce symbole ? J'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part… » Alors que le vampire allait tirer sur sa cigarette, un éclat de voix attira leur attention. Désintérêt commun. Revenant sur le gamin qui écrasa son mégot avant de replanter ses mirettes sur les traits tirés du visage vampirique…

Nate soupire et lève les yeux au ciel avant de supposer : -« Bon… J’imagine qu’il va falloir que j’t’explique c’que c’est si j’veux l’récupérer c’est ça ?... » Question naturellement rhétorique. Nate devinait qu’il était là pour ça. Sinon, jamais il n’aurait pris la peine de garder le pendentif hors du portefeuille et jamais il ne l’aurait gardé s’il n’attendait pas des explications en retour…

L’engueulade au loin passa au stade supérieur. Les poings après les insultes. Bruits sourds qui virent ponctuer les cris de ces bagarreurs. L’attention du vampire est encore détournée. Accoutumé de ce genre de scène, il sait que les flics ne vont pas tarder à débarquer. Ou la brigade nocturne, c’est à celui qui arrivera en premier sur les lieux. Quoi qu’il en soit, valait mieux rester discrets. Néanmoins, inviter ce gamin dans sa chambre miteuse ne lui plaisait guère. Mais avait-il réellement l’choix ?...

Reposant ses yeux bleus sur son voleur, il lui lança en ouvrant la porte de sa chambre de ses clefs gardées autour du doigt : -« Rentre. Vaut mieux éviter ce spectacle de guignols… » Lui dit-il sur un ton désintéressé…

Chambre salement éclairée et clefs négligemment lancées sur la fenêtre, il aura attendu que l’humain soit rentré dans sa chambre avant de fermer derrière lui. Ampoule rebelle qui aura du mal à garder la lumière constante les quelques premières secondes. Lumière crue et dégueulasse qui laisse entrevoir toute la richesse du volé… Soupire. Il ne s’excuse pas pour le désordre, il s’en cogne. Il vit bien comme ça. Personne ne rentre d’habitude. Tableau d’une chambre négligée où trônent davantage d’outils de junkie plutôt qu’un mobilier bas de gamme. Sac de sport éventré qui fait office de valise, dévoilant la totalité des vêtements du bougre. Une légère odeur de tabac froid, de marijuana et de moisi reste en suspens dans l’air. Ça en dit long sur l’occupant et sur la qualité du lieu… !

-« Bon dis-moi… Tu l’as vu où c’symbole ?... » Lui demanda-t-il nonchalamment en soupirant et quelque peu fatigué. Il n’avait pas envie de se battre – à nouveau – . Cette ville, cette mission et cette situation politique étaient plus épuisants que calculé.

(c) kss





I could burn to save them
il est de ceux qui se battent pour sauver l'humanité. protecteur de l'ombre. humanité le blâmant pour la bêtise de toute une race. Loyauté stupide.


Revenir en haut Aller en bas

Morgan I. Ricci

Morgan I. Ricci
J'ai débarqué à Rome le : 22/08/2018 , j’ai déjà envoyé : 493 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 164
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyMar 30 Avr - 20:58

Two Thruths, one war...
Nate et Morgan

Je lui rends son porte-feuille et je le vois regarder s'il ne manquait rien. Je levais les yeux au ciel et eus un léger sourire aux lèvres. Oui, d'accord, j'étais un voleur, mais sans déconner, je suis du genre honnête moi. Il fut un temps où je le faisais pour vivre, après tout à tout juste dix-huit ans, on m'a foutu à la porte de la maison de correction et je devais me débrouiller tout seul, j'ai donc fais ce que je savais faire et qui m'avais valu de passer les trois dernières années dans cet endroit. Et je suis devenu bon, sans vouloir me lancer des fleurs, je sais que je suis l'un des meilleurs de la ville. Et maintenant que je bosse pour la mafia, c'est devenu une distraction plus qu'autre chose, mais c'était rassurant de voir que je n'avais pas perdu la main. Bien au contraire. J'avais juste gardé le pendentif et le lui mis sous le nez en lui demandant ce qu'il représentait. J'avais déjà vu ce symbole quelque part à Rome, mais où ? Et qu'est-ce qu'il avait représenté ? J'en sais rien, mais ma curiosité est aiguisée. En plus, c'est un obscur, je le sens donc j'ai un intérêt disons... Certain à me renseigner sur ce fait. Ironiquement, il me demande s'il me faut une réponse pour que je le lui rende. Je lève les yeux vers lui et lui tends l'objet. " Non, reprends-le. Mais, je veux une réponse à ma question."Je n'avais pas spécialement fait attention aux éclats de voix pas très loin de nous, étant absorbé par l'étude de ce pendentif, mais on venait de passer au stade supérieur. Je savais que ça pouvait vraiment dégénéré d'un moment à l'autre. Je vivais moi aussi dans un quartier sensible de Monti, les descentes de flics, les bagarres, je connaissais. Et je ne voulais pas qu'un incident extérieur me coupe dans cet objectif de vérité. Parce que c'était de ça qu'il s'agit. Je veux savoir ce que ça veux dire, visiblement, il y est attaché. Je suis méfiant sur ce coup-là, n'ayant de base que peu de confiance ou sympathie pour les créatures obscures.Je reste perplexe devant la situation qui s'offre à moi. Il a ouvert la porte de sa chambre et m'invite à y entrer pour qu'on ne soit pas dérangé par le cirque qui se passe non loin. Je pose les yeux sur lui et essaye de le cerner. Visiblement, il n'est pas contre répondre à mes questions, ce qui joue en sa faveur et puis, je ne suis pas sans défense, si jamais les choses devaient... Se détériorer. Jetant un dernier regard vers ceux qui se battaient, je décidais de le suivre à l'intérieur. " Okay, mais ne tente rien de stupide, je sais me défendre, même contre un type comme toi." Je lui lance un sourire qui ne laisse pas de place au doute et entre. La pièce est faiblement éclairée et mal rangée. Le désordre règne en maître, mais qui suis-je pour le juger alors que je suis probablement pareil. Un poil plus ordonné sans doute. Un drogué en plus, si j'en juge par le matériel qui traîne à droite et à gauche. J'ai eu le loisir d'en voir passé pas mal depuis que j'ai intégré la mafia et on traite souvent avec des dealers et des drogués comme lui. J'ai pas mal de défauts, mais pas celui-là, de même que la boisson. Je ne bois que peu, par contre je fume comme un pompier. Si je ne meurs pas poignardé dans une ruelle à cause de mon appartenance à la mafia ou à cause de la chasse aux monstres, c'est ça qui aura ma peau. Il me demande où j'ai vu ce symbole, je ne lui réponds pas immédiatement. Je fouille dans mes poches et sors un paquet de cigarettes, vu la propreté des lieux, il ne dira rien si je fume. J'en coince une entre mes lèvres, range l'objet dans ma poche et l'allume. " Ty y tiens vachement en fait... C'est surprenant." Un léger sourire amusé se dessine sur mes lèvres avant que je ne reprenne. Je venais de me souvenir où je l'avais vu la première fois " Dans le quartier où j'habite, il y a ce symbole tagué sur un mur." Je ne sais pas si il y est encore, je n'y aie plus fait attention, mais ça date d'il y a quelques mois. Je fume le reste de ma cigarette en silence, l'écrase dans un cendrier déjà trop plein et croise les bras. " Alors ? Qu'est-ce que ça veux dire au juste ?" Curieux et limite impatient, voilà dans quel état j'étais désormais.

copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Nate Gallagher

Nate Gallagher
J'ai débarqué à Rome le : 09/01/2019 , j’ai déjà envoyé : 272 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 0
Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... EmptyDim 7 Juil - 18:08

two truths, one war...

L’humain accepte l’invitation du vampire. Il pénètre l’antre du bougre, son regard qui analyse rapidement les lieux délabrés à l’image même de son propriétaire temporaire. Sa réflexion sur la condition de l’acceptation est telle un énième poignard remué dans le myocarde du damné. Des types comme toi. Des types comme lui ? Il était donc au courant de sa condition ? De sa nature impie ?! Comment pouvait-il le savoir ?? Comment avait-il pu le deviner ?! Rappel indéniable de cette nature qu’il déteste et qui le consume de jour en jour depuis sa transformation regrettable. Néanmoins, il n’est pas agressif pour autant. Ou alors, sans raison évidente. Jamais il n’aura attenté à la vie d’un humain. Jamais. A moins d’y être contraint pour venir en aide à la veuve et l’orphelin. Créature obscure qu’il était, Nate n’en incarnait pourtant pas la menace, ayant fait les vœux de vouer son existence à la sauvegarde de l’espèce humaine. Mais ça, le blond n’aurait pu trouver l’information dans son portefeuille…

Il s’allume une cigarette. Nate en fait de même. Le voleur fait remarquer au volé qu’il à l’air d’y tenir vachement à son bijoux. Matérialisation concrète d’une preuve qu’une paix improbable est possible entre les créatures et les humains. Et surtout, entre toutes les créatures quelles qu’elles soient… Il trouvait surprenant. Parce qu’il ne savait pas encore ce que cela représentait aux yeux du junkie. Cela le fit sourire. Puis il lui demanda où l’autre avait vu ce symbole et il lui répondit : « Dans le quartier où j'habite, il y a ce symbole tagué sur un mur. » Nate fronça les sourcils. À son tour d’être surpris. Qui aurait pu être à l’origine de ce tague, en sachant que cet état d’esprit était encore un mouvement fragile, caché aux yeux du monde et surtout, sujet à discorde pour une majorité de créatures possédées par l’histoire des conflits interraciales. Un ancien du refuge ou un militant comme lui était passé par cette capitale éternelle. Mais qui ? Peut-importe… Sa réflexion se vit rapidement coupée lorsque le jeune humain le ramena à la raison en reposant sa question en écrasant déjà sa cigarette et en croisant les bras. Il veut des réponses. « Alors ? Qu'est-ce que ça veux dire au juste ? » Le vampire tire une taff sur sa cigarette avant de baisser un instant les yeux, comme s’il devait se mettre à nu. Soufflant cette fumée blanchâtre et cancérigène, il lui répondit alors : - « Honnêtement, j’doute que tu puisses me croire mais bon… Tu m’as demandé, alors je vais te répondre. Lui dit-il après avoir remis ce pendentif autour de son cou. Se frottant le front, et récupérant sa cigarette coincées entre ses lippes, il poursuit en capturant ce symbole entre ses doigts et le regardant de manière nostalgique : Ce symbole est celui d’un puissant sorcier. Sans t’ressortir tout l’historique, il a fondé un Refuge dans lequel toutes les créatures peuvent trouver la paix. Paumé au fin fond de l’Irlande, il prône la paix, la tolérance et le respect de l’humanité. On cohabite avec les humains de la région. Les Nephilims irlandais sont avec nous… enfin.. étaient. » Termina-t-il alors sur un ton un peu plus fataliste, lâchant son symbole pour laisser son regard se perdre dans une nouvelle bouffée de fumée de cigarette.
(c) kss





I could burn to save them
il est de ceux qui se battent pour sauver l'humanité. protecteur de l'ombre. humanité le blâmant pour la bêtise de toute une race. Loyauté stupide.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Two truths, one war... Empty
MessageSujet: Re: Two truths, one war...   Two truths, one war... Empty

Revenir en haut Aller en bas
         

 Two truths, one war...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: