RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Contexte & cie » Même sur Die ac Nocte, nous possédons quelques règles, un univers bien précis à apprivoiser, à comprendre. Pour ce faire, cette partie a été faite pour vous. C’est ici que vous commencerez votre aventure, que vous trouverez de quoi comprendre le forum.
VOUS LES COPAINS, JE NE VOUS OUBLIERAI JAMAIS Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago 2521561984
Après une jolie année, DAN ferme ses portes. Vous pouvez lire les petites explications et les petits mots du staff ici Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago 3308333368

 ::  :: » Comunicazione :: » Journal Intime
Partagez

 Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago

         

Olympe De Briant

Olympe De Briant
J'ai débarqué à Rome le : 15/07/2018 , j’ai déjà envoyé : 1179 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 98
Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago EmptySam 15 Sep - 19:56

Olympe De Briant ▬ Olympia Emerald

505 y.o. ▬  Française ▬ Fille de Lucifer ▬ Grande Sorcière de Rome

Première fille de Lucifer, Olympe Henriette Marie-Sophie De Briant est légalement la fille unique de Charles et Henriette De Briant. Née durant l'hiver 1514, elle est donc à la fois la sujette de Sa Majesté le roi François, premier du nom, ainsi qu'une Bretonne des côtes d'Émeraude. Sorcière de naissance, sa mère a longtemps cherché à cacher ses marques : un regard vairon et des écailles émeraude sur le dos de ses mains et le bas de ses reins.

Jusqu'à l'arrivée d'Onyx dans sa vie, la vie d'Olympe était rythmée par le strict et la haine de sa mère, qui mourut cinq ans plus tard. La vie d'Olympe est ensuite rythmée par les préparatifs de son entrée comme représente de sa famille à la Cour de France. Elle y rencontre Hadrian et Elena De-Lacroix-Choiseul, l'un sera son âme sœur dès le premier regard, la seconde, sa meilleure amie malgré la rivalité qu'il existera entre elles jusqu'à la mort d'Elena. Du mariage des De-Lacroix-Choiseul va naître un enfant : Alexandre, qui aura pour marraine Olympe.

Suite à une rixte en 1541, Olympe laisse derrière elle ses amis, trop coupable de ne pas avoir pu sauver Hadrian d'une attaque qui le change en vampire. Ainsi, elle préfère poser ses valises un peu partout en Europe. Espagne, Angleterre, Belgique afin de retourner à Saint-Malo périodiquement quand la ville est indépendante au cours de l'histoire. La sorcière, puissante de par son démon de père, est fasciné par la magie blanche, ainsi que par la magie rouge des malédictions, mais elle est surtout une experte en démonologie et sait reconnaître l'ascendance d'un sorcier rien qu'en observant ses marques. C'est également une potioniste créative qui a son actif plus de 600 potions dont 100 sont toujours dans ses placards.

D'ailleurs Olympe est également la propriétaire de plusieurs carnets, ou journaux intimes, où elle raconte au jour le jour sa vie pour faire face à l'oubli. Les sorciers sont certes immortels, mais ils oublient également ce qui s'est passé il y a des années. D'où le fait qu'elle note tout, avec plus ou moins de détails. Question relation, elle n’a jamais été mariée, mais fiancée à Onyx, son meilleur ami, éprise d’Hadrian et en relation avec l’ancien Grand Sorcier de Rome : Caïus Rivoli. Depuis la fin d’année 2018, Olympe entretient une relation avec Nathan Lancaster.
Elle déteste le lait, ça a le don de lui foutre le ventre en vrac. Elle a toujours un livre sur une table de chevet. Elle fait peu de sport, mais elle adore la danse, c’est tout ce qu’elle sait faire.  Ses cheveux blond presque blanc ont souvent attiré les moqueries durant ses années à la Cour d’Espagne, car les gens pensaient que c’était de la poudre. Elle a inventé environ six cents de potions, mais seulement une centaine sont efficaces. On lui a souvent prêté des relations qui n’ont jamais existé, parce que les curieux aiment trop parler. Elle a beaucoup aimé son père humain malgré l’absence de ce dernier à cause de ses charges vis-à-vis du duché de Bretagne  Elle juge n’avoir pas le droit d’être heureuse depuis la mort d’Hadrian. Elle rêve d’avoir une famille, mais c’est impossible dès lors qu’on s’appelle De Briant et qu’on est stérile de par sa naissance. Se marier n’est pas une priorité, mais elle aimerait bien un jour. Elle voudrait avoir cinq enfants au total. Elle aime porter du rouge à lèvres rouge, de toute teinte, mais déteste se maquiller autre chose que les lèvres et un trait d’eye-liner sur les yeux. Elle préféra toujours une robe à un pantalon. Sa garde-robe est très sage, sauf ses sous-vêtements, elle affectionne particulièrement la lingerie. Sa fleur préférée est le lys blanc, d’ailleurs elle tente de l’inclure dans beaucoup de ses potions. Elle déteste le rose, mais adore le beige. Elle ne dit pas je t’aime à la légère, des fois ça peut mettre des mois à arriver. Olympe est addicte au changement de coupe de cheveux et elle en abuse par moment. Elle préfère les porter bouclées juste au-dessus des épaules. Elle n’a pas de tatouages, elle n’a pas les oreilles percées non plus. Son livre préféré est sans aucun doute Anna Karenine, viennent ensuite les poèmes d’Arthur Rimbaud. Elle déteste le Channel n° 5 qu’on lui a déjà offert pour un anniversaire. Elle est nerveuse par nature. Elle voudrait vivre très loin de la ville, l’idéal serait le cœur d’une forêt au Pays de Galles où elle est allée une fois avec des amis. Elle est observatrice. Ses yeux sont d’un bleu azur, pâle presque pastel, si bien qu’avec le soleil, on distingue très mal la couleur. Dirty Dancing est un film qu’elle affectionne tout particulièrement. Elle aime chanter sous sa douche. Elle chante assez bien pour une novice. Elle voudrait apprendre à boxer. Elle est nerveuse et quand on la cherche, on la trouve souvent.



(Olympe was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of her father in her, too. Cold and sarcastic, we don't really know when Lucifer stopped perverting his daughter.)


Dernière édition par Olympe De Briant le Lun 22 Juil - 16:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Olympe De Briant

Olympe De Briant
J'ai débarqué à Rome le : 15/07/2018 , j’ai déjà envoyé : 1179 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 98
Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Re: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago EmptySam 15 Sep - 19:56

Chronologie

‹ 1514 + Naissance ▬  Naissance d'Olympe De Briant, fille de Lucifer, prince des Enfers et ange déchu, et d'Henriette De Briant, terrestre de la noblesse du duché de Bretagne.

‹ 1522 + huit ans ▬  Olympe rencontre Onyx de Malherbe pour la première fois, ce dernier vient également s'installer à Saint Malo.

‹ 1527 + treize ans ▬  Décès d'Henriette De Briant suite à une maladie. Olympe reste tout de même affectée alors que les relations avec son père s'améliorent.

‹ 1529 + quinze ans ▬  Remariage de Monseigneur de Briant, avec une noble de Potiers, Mlle De Chambes. Olympe reste très proche de cette femme qui la considère largement.

‹ 1530 + seize ans ▬  Naissance du demi-frère d'Olympe : Elouan De Briant, fils de son père et de sa belle-mère.

‹ 1533 + dix-neuf ans ▬  Olympe fait son entrée à la Cour de France, introduite par Onyx, qui y est depuis quelques temps. Elle y rencontre un couple de noble : Hadrian et Elena De Lacroix-Choiseul, avec qui la blonde se lie d'amitié.

‹ 1534 + vingt ans ▬  Naissance d'Alexandre De Lacroix-Choiseul, le fils unique d'Elena et Hadrian. Olympe aura l'honneur d'être la marraine de cet enfant qu'elle considéra comme le sien. La naissance étant due à des potions que la sorcière glissait discrètement dans la verre de son amie et confidente. C'est également cette même année qu'Olympe et Hadrian se prennent d'affection l'un pour l'autre et se le déclare ouvertement.

‹ 1536 + vingt deux ans ▬  Les rumeurs de l'aventure extraconjugale, bien que platonique, d'Olympe et Hadrian dépassent les couloirs de la Cour pour venir jusqu'au oreilles de son père, qui souhaite désormais marier sa fille. Cette histoire se termine par les fiançailles d'Onyx et d'Olympe afin qu'elle puisse continuer à fréquenter la Cour. Cette période durera cinq ans.

‹ 1539 + vingt cinq ans ▬  Décès de Mrs Hortense De Briant, née De Chambes, lors de la mise au monde du second enfant du couple. La mère ne passe pas la nuit, l'enfant la suit à trois jours prêt.

‹ 1541 + vingt sept ans ▬  La vente des potions et services d'Olympe lui attire les foudres de Balthazar De Rougé, vampire du Duché de Bretagne. C'est à Saint-Germain-En-Laye qu'il boit le sang d'Hadrian jusqu'à sa mort, avant de battre en retraite lorsqu'Olympe et Onyx joignent leurs forces pour venir à bout des assaillants. Malheureusement, Elena, Onyx et Olympe prennent la décision commune de faire la transition d'Hadrian en enfant de la nuit. Ne supportant pas son implication dans l'affaire, c'est avec l'aide d'Onyx qu'Olympe simule sa mort et fuit vers l'Espagne où elle sera chapeauté par Ruben le Grand Sorcier de Madrid.

‹ 1542+ vingt huit ans ▬  Protégée du Grand Sorcier de Madrid, Olympe fait ses classes et apprend beaucoup à ses côtés, tout en se faisant passer pour la nièce de ce dernier.

‹ 1547 + trente trois ans ▬  Décès de Charles De Briant, le père éploré d'Olympe qui n'aura de cesse que de la réclamer lors de son agonie. Olympe ne peut malheureusement pas se rendre à ses obsèques, mais fera l'effort, une fois par l'an à l'anniversaire de sa mort, de se recueillir sur la tombe de l'homme qui l'a aimé malgré ce qu'elle était et tout au long de sa courte vie de mortel.

‹ 1548 + trente quatre ans ▬  Vit paisiblement en tant que noble à la cour d'Espagne, elle croise divers sorciers et sorcières et rend des services moyennant de belles sommes d'argent face aux terrestres.

‹ 1575 + soixante et un ans ▬  Olympe reçoit une lettre d'Onyx, avec qui elle garde contact. Ce matin-là, le sorcier lui annonce que sa meilleure amie, Elena est morte à cause de l'âge, laissant Alexandre derrière elle. La sorcière reste affectée par ce décès, puisqu'il est le premier d'une longue la liste d'amis qu'elle aura connus de son « vivant ».

‹ 1582 + soixante et huit ans ▬  Lors de la guerre de succession portugaise, c'est Ruben qui vient lui apprendre la mort d'Alexandre, son petit filleul, lors de la bataille des Açores. Il n'y a pas de mots pour exprimer l'état dans lequel la demoiselle se trouver : accablée par une peine qui n'a pas de nom.

‹ 1590 + soixante seize ans ▬  Saint Malo est indépendant du Royaume de France, Olympe retourne y vivre, délaissant l'Espagne. Vie simple dans l'ancienne demeure familiale intra-muros, loin de la politique française et de la religion pour l'instant.

‹ 1594 + quatre vingt ans ▬  Saint Malo revient dans le Royaume de France. Olympe décide de partir vivre en Angleterre où elle trouve refuge rapidement dans de grandes familles nobles, notamment dans la famille Lancaster. Elle sert quelques proches d'Elizabeth 1re puis Jacques 1er jusqu'à son décès, dont elle n'est pas étrangère puisque c'est l'une de ses potions qui lui a porté le coup fatal. Dans ce genre de mondanité, elle rencontre Nocturne, son amie vampirique, qui va remplacer petit à petit la perte d'Elena dans son coeur.

‹ 1625 + quatre vingt un ans ▬  Départ d'Olympe pour Saint Malo, où elle vit chichement afin d'apprendre le plus possible sur la magie et sur ses propres pouvoirs et ses limites en compagnie de quelques amis. Dont Nocturne, certes la vie à changer en France et si parfois la sorcière s'en révolte, Nocturne l'aide à se calmer rapidement.

‹ 1716 + deux cent deux ans ▬  Retour d'Olympe en Espagne après la guerre de Succession, elle est nommée dame de compagnie d'Élisabeth Farnèse, Reine Consort d'Espagne. Vendant discrètement ses services pour échapper à l'inquisition.

‹ 1780 + deux cent soixante six ans ▬   Elle retrouve Nocturne à Brussels, vendant toujours ses sortilèges, potions et autres contre de belles sommes. A cette époque, plus rien ne la mettrait dans le besoins.

‹ 1871 + trois cent cinquante sept ans ▬  Olympe s'installe à Rome et change d'identité pour avoir une nouvelle vie, elle se fait désormais appelée Olympia Emerald.

‹ 1872 + trois cent cinquante huit ans ▬  Elle vit entre Rome et New-York pour y retrouver Nocturne désormais installée sur le continent Américain. Elle connaît ainsi divers sorciers Romains et New-Yorkais.

‹ 1880 + trois cent soixante six ans ▬  Olympe s'engage dans une relation avec Caïus Rivoli, le Grand Sorcier de Rome avec qui elle restera jusqu'à sa mort, sans jamais ressentir de véritable sentiments pour lui.

‹ 2000 + quatre cent quatre vingt six ans ▬  Révélation au grand public du Monde Obscur et des créatures y vivants.

‹ 2003 + quatre cent quatre vingt neuf ans ▬   Attaque d'Alicante, Olympia se montre brillante et redoutable en combat lors de la prise de la ville. Plus tard dans l'année, suite à la mort du Grand Sorcier de Rome, Caius Rivoli, le vote la désigne comme Grande Sorcière de Rome.

‹ 2011 + quatre cent quatre vingt dix sept ans ▬  Les Sorciers, et les autres créatures, sont acceptées par l'Eglise et prennent plus de place dans la politique de Rome, Olympia s'éloigne de la politique concentrant ses efforts sur son peuple et dans la religion.

‹ 2017 + cinq cent trois ans ▬   Début de l'épidémie, plusieurs sorciers sont tués, affectant grandement le moral d'Olympia.

‹ 2018 + cinq ans quatre ans ▬  Olympia fait une alliance avec les deux meutes de loups garous de Rome mais cela reste tendu, Vampire positif, Fées neutres. Elle retrouve également son nom de naissance avec l'aide de Nathan Lancaster, avec qui elle entretien une relation. Elle suit de loin l'arrivée d'Onyx et d'Hadrian à Rome sans les déranger.



(Olympe was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of her father in her, too. Cold and sarcastic, we don't really know when Lucifer stopped perverting his daughter.)


Dernière édition par Olympe De Briant le Lun 22 Juil - 16:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Olympe De Briant

Olympe De Briant
J'ai débarqué à Rome le : 15/07/2018 , j’ai déjà envoyé : 1179 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 98
Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Re: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago EmptySam 15 Sep - 19:57

Chronologie en jeu
2018

‹ AOÛT + ▬  Lors du mois d'Août, Olympe et Brianna vont faire quelques achats à Paris afin de profiter au mieux de la fête organiser par le Consul. La Fête du Renouvellement qui tourne au carnage au Château Saint Ange. La soirée avait pourtant bien commencé, jusqu'à ce qu'une paire de bombes n'explosent en tuant créatures, humains et Nephilims présent dans le bâtiments.

‹ SEPTEMBRE + ▬  La sorcière prend la charge de Kaled et Neiza, suite à un pacte de sang fait avec leur défunte mère. La sorcière garde un œil sur les deux enfants et éduque la sorcière à la magie.

‹ OCTOBRE + ▬  Olympe rencontre Nate, un vampire irlandais qui est l'un des gardiens d'un sanctuaire en Irlande. Ce dernier recherche son guide, mais suite à une promesse de la sorcière, elle ne lui dira rien à son sujet.

‹ NOVEMBRE + ▬  Alors que le désastre de la fête du Renouvellement bat encore dans ses oreilles, Olympia prend rendez-vous à la Brigade Nocturne afin de récupérer son identité : Olympe De Briant. C'est ce mois qu'elle retrouve Nathanaël Lancaster, dit Nathan désormais. Son avocat et qu'elle entame avec lui, un début de relation.

C'est également à cette même période qu'elle confronte Lena Rosier et qu'elle lui apprend qu'elle est sa soeur démoniaque.

‹ DÉCEMBRE + ▬  Lors du mois de décembre, le pape en place meurt. Un conclave est donc organisé, fraîchement redevenue Olympe, elle recroise Hadrian au Q.G. des sorciers où Nathan se trouve également. Sans disputes, ni cris, ce dernier disparaît quelques jours avant le conclave avant de revenir et de laisser la sorcière réfléchir à leur relation. Ils s'aiment et continueront dans cette voie. C'est également à cette période qu'elle apprends pour la survie de Franz et son lien avec le clan De Rougé grâce à Chiara.

Lors du Conclave en lui-même, la mort des deux candidats favoris, laisse la sorcière dubitative, mais surtout inquiète de voir un Pape Pro-Hommes être au pouvoir. Elle organise donc une petite réunion en compagnie d'Adis, Calypso et d'Idunn, afin de renverser le Consul actuel et de prendre leur place en toute légalité.

2019

‹ JANVIER + ▬  Suite au départ de Rosalina, l'une des deux Don de Rome, elle confronte Morgan, un intrigant qui est ami avec Kaled. D'une part car il était présent du côté des anges au Conclave, mais surtout pour maintenir l'accord entre la mafia et la sorcière, mais aussi pour se mettre d'accord sur une chose : Il faut envoyer Neiza et Kaled loin de tout ce bourbier qu'est en train de devenir Rome.

‹ FÉVRIER + ▬  Suite à ses manigances avec Morgan, elle jette un sort à Neiza et Kaled pour les convaincre d'aller résider en France, là où d'autres personnes qu'elle connait pourront la protéger. Dès lors Olympe se consacre à l'apprentissage de Brianna et de Willow, deux sorcières de sa congrégation.

‹ MARS + ▬ Nocturne pose enfin ses valises à Rome après avoir prit quelques mois de repos loin de Gregor et de l'agitation politique, elle retrouve Olympe et ses problèmes de couple tout en jurant de l'aider.

‹ AVRIL + ▬  La Château St Ange ré-ouvre ses portes suite à l'attentat de Septembre dernier, étant l'une des donatrices pour financer les travaux, ce bar de vampires l'invite à se joindre à eux lors de la soirée d'ouverture. Lors de cette soirée qu'Hadrian apprend pour elle et Nathan et il vient la confronter... Evidemment la soirée tourne aux retrouvailles dans une chambre vide. Mais ils ne se reverront pas.

‹ MAI + ▬  R.A.S.

‹ JUIN + ▬  Hadrian fait le mort depuis le mois d'avril... Lassée de ce comportement, elle se décide à aller le chercher dans le strip-club qu'il aurait ouvert avec Onyx. Si elle n'y trouve pas le vampire dans un premier temps, elle y trouve son meilleur ami : Onyx. Avec qui elle a bien besoin d'échanger quelques mots.

‹ JUILLET + ▬  Hadrian a été retrouvé entre deux mortelles, vidées de leur sang, il est le coupable idéal et le Consul, comme le Vatican veulent en faire un exemple pour ramener l'ordre, si Olympe est détruite, Onyx et Nathan se démènent en secret pour lui assurer une défense équitable, néanmoins, la sorcière arrive à lui faire accorder l'assignation à résidence le temps que l'affaire soit plus claire, car cette nuit-là, le vampire était avec elle lors de la mort présumé des deux demoiselles.

‹ AOÛT + Lieu ▬  URL du RP
‹ SEPTEMBRE + Lieu ▬  URL du RP
‹ OCTOBRE + Lieu ▬  URL du RP
‹ NOVEMBRE + Lieu ▬  URL du RP
‹ DÉCEMBRE + Lieu ▬  URL du RP



(Olympe was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of her father in her, too. Cold and sarcastic, we don't really know when Lucifer stopped perverting his daughter.)


Dernière édition par Olympe De Briant le Lun 22 Juil - 19:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Olympe De Briant

Olympe De Briant
J'ai débarqué à Rome le : 15/07/2018 , j’ai déjà envoyé : 1179 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 98
Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Re: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago EmptySam 15 Sep - 19:58

Olympe's Pacts

‹ DATE + Lieu ▬  URL du RP
‹ DATE + Lieu ▬  URL du RP
‹ DATE + Lieu ▬  URL du RP



(Olympe was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of her father in her, too. Cold and sarcastic, we don't really know when Lucifer stopped perverting his daughter.)


Dernière édition par Olympe De Briant le Mar 23 Juil - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Olympe De Briant

Olympe De Briant
J'ai débarqué à Rome le : 15/07/2018 , j’ai déjà envoyé : 1179 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 98
Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Re: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago EmptyMar 23 Juil - 0:10

Avant-Propos:
 

Juillet 2019

Elle savait, elle le savait parfaitement, le décor était planté de toutes pièces. Et malgré les caresses de Nathan, les messages de feux d’Onyx… tout n’allait pas bien. Elle savait Hadrian protégé, elle le savait protéger jusqu’à son procès, mais il n’y avait rien d’équitable là-dedans. Olympe le savait parfaitement, pour une erreur de jeunesse avec Willow, Nathan avait dû user de beaucoup de sagesse et de méthodologie, mais cette erreur de jeunesse ne pouvait pas être plaidée cette fois. Hadrian avait plus de cinq-cents ans, on ne pouvait pas mettre ça sur le coup de la jeunesse. Et pourtant, la Grande Sorcière de Rome savait parfaitement, elle savait parfaitement qu’il était innocent. Parce qu’elle avait eu les rapports d’enquêtes de la main d’Arthur. Elle les avait de ses yeux lus, loin de Nathan qui la pensait endormie la nuit. Mais la sorcière les relisait encore. Les deux jeunes terrestres étaient morts… Entre minuits et une heure du matin au début du mois de juillet. Et Hadrian avait été retrouvé avec elles. Droguées jusqu’à la moindre goutte de sang, Hadrian imprégné du sang des jeunes femmes. Mais la médecine ne pouvait pas mentir sur la mort des deux jeunes femmes, surtout que la porte avait été close jusqu’à ce qu’un représentant de la Brigade Nocturne ne l’ouvre. Alors, personne n’était rentré. Aucun signe de magie, aucun portail, rien… Rien du tout. Tout avait été fait soit avec une magie très puissante et un sort de dissimulation qui défiait les compétences de la Française… Et ça pouvait être le cas d’autres Grands Sorciers, mais leurs puissances se serait ressenti dans la ville ce soir-là précisément, elle y était sensible comme beaucoup d’autres sorciers de son âge. Mais encore assisse à son bureau, elle voit Helen entrer un plateau dans les mains, le visage également assombrit. Elle restait de longues heures pour veiller sur la sorcière qui mangeait moins, qui vivait moins… « Je vous ai fait du thé, Mademoiselle… » Et Olympe désigne du menton un guéridon où l’humaine peut poser le plateau. Mais ça voulait dire qu’elle pouvait disposer par la suite. « Mademoiselle ? » Et la Française relève les yeux vers elle. Depuis des jours, elle ne cachait plus sa magie, se contentant de briser des choses et de les reconstruire dans son appartement, le QG était aux mains d’Arthur le temps de son repos forcé. Mais elle avait les poignets liés dans cette position. Le Consul, le Vatican… Tout ce beau monde avait les yeux rivés sur la moindre de ses actions pour mieux la mettre à la porte. Mais Helen ne change pas d’idée. « Pourquoi vous ne plaidez pas ? Je sais que… » « Non, tu ne sais pas ! » Beugle Olympe en se levant les deux mains sur le bureau, mais la femme d’un âge mûr ne recule pas face à la colère de sa maîtresse, elle l’avait de longue fois affronter dans ce genre de situation. Et Helen avait préparé sa fille Marta à faire de même dans quelques années. « Peut-être Mademoiselle ! Mais préférez-vous avoir menti tout le reste de votre longue vie et vivre parce que vous n’avez pas dit la vérité ? Peut-être Monsieur Lancaster va-t-il vous détester un temps, mais est-ce que votre mensonge vaut qu’on sacrifie la vie de Monsieur De Lacroix-Choiseul ? » Et Olympe a les yeux baisser sur les papiers de l’affaire qu’elle lisait. Est-ce que pour préserver Nathan, elle devait mentir et ne pas sauver Hadrian. Elle savait que dans un sens, son amant serait libéré de cette vie dont il n’avait jamais voulu, mais égoïstement, comme il y a quatre cent cinquante ans, elle voulait être égoïste et le sauver pour elle seule. Elle voulait garder Hadrian pour elle seule, car il était important, indispensable à son cœur et Olympe avait toujours préféré le voir loin d’elle que mort. Et sans prévenir, elle retape une nouvelle fois ses deux paumes contre son bureau en laissant s’échapper un long et douloureux sanglot. Il sort de ses lèvres comme la culpabilité qu’elle a vis-à-vis de toute cette histoire.

Ciel qu’elle aimait Nathan, elle lui avait dit, ce n’était pas pour lui enlever cet amour qu’elle était capable de lui donner. Mais Hadrian… Elle avait assez d’amour pour eux deux, elle en avait assez pour l’anglais et le français. Elle pouvait en donner à ces deux-là sans que ça ne puisse faiblir un jour, mais ces hommes, ils avaient tant d’égo qu’elle était devenue la femme adultère qu’elle avait refusé d’être à Blois… Face à Elena. Et aujourd’hui, perdue, elle jouait sur les deux tableaux. Petite enfant perdue. Elle ne savait plus quoi faire, ni que dire. Il y avait des jours qu’elle pleurait et ses yeux lui faisaient un mal de chien, mais elle n’y pouvait rien, si cette culpabilité la rongeait. Après tout, c’était sa faute, son unique faute, incapable de s’en tenir à un seul homme, alors qu’elle avait compris qu’il y avait eu Idunn et Chiara dans la vie de Nathan et que malgré tout, malgré qu’elles soient elles aussi à Rome, c’était elle qu’il avait choisie… Mais elle, elle… La fille du Diable, elle n’arrivait même pas à se défaire des liens de son passé… Préférant de loin la compagnie d’Onyx pour une soirée, adorant les bras d’Hadrian, alors qu’elle s’extasiait de ceux de Nathan. C’était une femme horrible et plus le temps passait, plus elle s’en rendait compte. Et sa monstruosité ne faisait que s'accroître au rythme de ses mensonges. Combien de fois avait-elle cédé par pur caprice ? Deux fois, deux fois elle avait cédé à Hadrian, après des siècles à se courir après, elle pensait l’avoir mérité la première fois, cette fois où elle pourrait mettre un point final. Puis durant des mois, il avait fait le mort, il ne l’avait pas contacté, elle avait tenté de tirer la page jusqu’à le revoir une nuit alors que Nathan était sorti pour travailler à la Brigade comme à son habitude. Est-ce qu’elle avait dit non ? Au début sans doute un peu, mais il avait les mots, les manières et malgré elle, ils se connaissaient par cœur et c’est à ce moment-là qu’elle avait su qu’elle ne pourrait jamais y couper court. Et ça lui avait fait autant de mal que de bien. Ce lien était si important pour que son monde continue de tourner, qu’Olympe sent à peine la main d’Helen se poser sur son épaule. « Mademoiselle ? » Mais elle hurle encore un sanglot, un énième sanglot qui lui déchire les poumons. Et elle pleure encore en se laissant finalement tomber dans son fauteuil, les bras croisés sur ses jambes, la tête entre ses bras alors que ses épaules se secouent plus qu’elles ne le devraient. Elle avait mal. Mais quand Helen arrive à lui faire reprendre un peu de conscience, Olympe est allongé dans un fauteuil duchesse du salon, le thé entre les mains et les yeux secs et rougis par ses larmes. Se faire détester par Nathan pour l’éternité ou bien perdre Hadrian pour l’éternité ? L’avantage qu’avait cette situation, même si elle était incommodante, c’était que Nathan resterait en vie, loin de la nocivité qu’elle représentait et qu’Hadrian serait lui aussi en vie… Et Helen assise sur un repose-pied lui caresse les cheveux. Des cheveux qui ne sont plus blonds comme à leur habitude, mais qui sont gris depuis la captivité d’Hadrian. Elle a les cheveux blancs à cause de son désespoir, sa magie ne pouvant plus cacher le stress qui l’habite. Voilà des années que les cheveux d’Olympe sont blancs, un blanc ravisant, presque aussi pur que le lait ou l’ivoire, mais ils n’ont pas leur éclat des beaux jours, ils sont ternes, simplement ternes… Même si ses marques étaient visibles, aucun de ses proches, qui ne l’avaient pas vu dernièrement, ne pourrait la reconnaître. Amaigrie, peu vive, si peu apprêtée. Elle était plus proche de l’Olympe que Ruben avait ramassé à Madrid, que de l’Olympe de 2003 qui était fière de prendre le poste de Grande Sorcière, malheureusement après la mort de Caïus. Et elle y pense à ce bougre… Est-ce qu’il aurait été capable de donner de lui pour la sauver d’une mauvaise passe pareille ? Elle ne savait même pas répondre à la question et le regard vairon de la demoiselle se repose sur sa tasse de thé dont elle boit deux gorgées… Helen frottant toujours le haut de son crâne. Elle s’autorise enfin à dire. « La vie d’Hadrian vaut toute la haine que Nathan pourra me vouer Helen… je… Je ne sais plus vivre sans les deux. C’est affreusement douloureux. Vraiment douloureux. » Alors que la mama lui retire la porcelaine des mains et qu’Olympe se laisse choir sur l’épaule de cette terrestre qui le comprenait si bien après des années de services. « Allez, Mademoiselle, allez, vous pouvez arranger la situation, vous pouvez… Mais vous y perdrez. Forcément. » Elle était réaliste et Olympe le savait, elle allait forcément y perdre le respect de beaucoup de personnes, le soutien d’autres, mais tant que Nathan, Hadrian et Onyx étaient en vie… Tout ça avait peu d’importance…

(…) Évidemment comme tous les soirs, Nathan était revenu à l’appartement pour voir comment elle allait. Si Helen était partie, la sorcière avait peu se reposer quelques heures dans son fauteuil duchesse qu’elle avait gardé de sa période à Londres sous le règne de Jacques 1er. Il l’avait retrouvé comme ça, les cheveux blancs et le visage endormi, ça changeait énormément de d’habitude, mais quand le soleil perçât sur sa peau, Olympe ouvrit ses yeux rougit et douloureux avec un bâillement. Le jugement avait lieu dans trois jours, il fallait agir et vite. Elle se relève, repoussant la couverture qu’Helen avait posée sur elle, tout en allant jusqu’à la chambre pour se rendre compte que le vampire dormait profondément dans son lit. Elle a une petite moue navrée, avant de s’approcher et de s’asseoir sur le bord du lit, de replacer quelques-unes de ses mèches blondes et d’embrasser son front, ses joues et ses lèvres, murmurant dans toutes les langues qu’elle connaissait qu’elle était désolée. Qu’il ne méritait pas ce qui allait arriver ! Et si Nathan l’avait entendu, il aurait pu parier qu’elle allait faire une chose stupide. Et c’était peut-être ce qu’elle était sur le point de faire. Alors, elle sort de la chambre, prenant le soin de fermer la porte doucement, avant de se tirer sous la douche, elle avait à faire, énormément à faire.


(…) Les pas claquaient dans les arrières salles du palais apostoliques. Alors que le souverain pontife jure à tous les Saints qu’il connait, quand Olympe lève les pans d’une longue robe grise, d’une simplicité effrayante, en l’appelant. « Votre Sainteté, je vous en conjure, je vous en supplie, laissez-moi juste une poignée de minutes. Très Grand Saint-Père, par pitié. » Alors que la force de ses jeunes jambes la pousse plus rapidement vers les gardes suisses qui l’arrêtent grâce à leurs lances, ce à quoi le nouveau souverain du Vatican se retourne. « Je n’ai pas de temps à accorder au démon Mademoiselle De Briant. » « Mon Père, par tous les saints que j’ai adoré toute ma vie, je vous en supplie, écoutez-moi juste un instant. » Elle était une grande de ce monde, il était un grand de ce monde et poliment, elle le suppliait de lui accorder de son temps. Mais il se tait en l’observant cette petite sorcière qu’il avait vue plus fière que cela quand il était cardinal. « J’ai foulé un nombre incalculable de fois les prie-Dieu de la Basilique Saint-Pierre depuis que je suis à Rome, Saint-Père ! Je vous en conjure, si vous tenez tant que cela à me voir me décomposer devant vous, acceptez de m’écouter en échange de mes confessions, de ce que vous voudrez, je suis votre obligée ! » Elle vendait sa dignité pour sauver son amant, pour sauver son Hadrian et le terrestre fît un pas de plus vers elle, jusqu’à arriver à hauteur des gardes suisses qui écartèrent leurs lances si bien qu’Olympe tombât à genoux sur le sol, alors que ce Pape prohumain la regardait de tout son soul. Elle reste à genoux et joint ses mains entre elles après un bref signe de croix, comme priant à même le sol de ce couloir, les yeux larmoyants, qu’elle ne cachait pas sous du maquillage. « Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché » L’homme renvoie d’un geste de la main les autres, leur disant de fermer les portes. Qui pouvait se vanter d’avoir la Grande Sorcière de Rome dans sa poche ? Et l’homme âgé s’assoit sur un banc de velours rouge, alors qu’elle reste les yeux clos, les mains croisées, tournée dans sa direction et qu’il la bénit malgré le ton ironique de sa voix. « Il y a tant de temps que je ne me suis pas confessée. Et, depuis cette dernière confession, voici les péchés que j’ai commis. J’ai mon Père commis le péché d’adultère, j’ai eu l’insolence d’aimer plus d’un homme à la fois et de me donner à l’un comme à l’autre, je me suis permis d’avoir des envies et les projets d’attenter à la vie de mon prochain… » Et la liste fut assez longue vis-à-vis des péchés qu’elle avait commis sur l’année écoulée, mais la femme aux cheveux blancs est quand même amenée à répondre à la question pour quoi l’adultère alors qu’elle n’était pas mariée. Elle répond simplement. « Le Seigneur nous donne à tous un destin, une âme qui est faite pour nous et je n’ai pas su l’honorer comme le Tout-Puissant le voudrait mon Père. » Olympe avait tant de fois confessée ses pêchés lors de Pâques qu’elle était habituée à se livrer sans une once de mensonges. Elle ne mentait pas devant les hommes d’Église. Quand elle conclut d’un « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de vous avoir offensé parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché vous déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce de ne plus vous offenser et de faire pénitence. » Et elle y comptait bien, puisque le fait de sauver Hadrian allait lui faire perdre Nathan. En guise de pénitence, le Pape lui ordonna de venir prier chaque jour à une heure fixe pendant un mois. Mais sans doute, en homme d’Église, qu’il fût touché par la sincérité de la sorcière sans oublié qui elle était, quand elle put enfin prendre place à ses côtés sur ce banc, il n’y avait que du soulagement dans le regard d’Olympe, de s’être libéré de beaucoup de choses qui l’avait hanté des nuits durant. Expliquer ce qu’elle voulait au Pape ? Tout ça avait été compliqué néanmoins, la discussion se termina sur un simple. « Puis-je compter sur votre appui Votre Sainteté ? Comme j’ai pris grand soin de vous l’expliquer les faits… tout ça est impossible. » Et l’homme relève le menton en même temps qu’il se lève. « Vous n’aurez pas mon soutien, ni mon appui Mademoiselle de Briant, mais vous ne m’aurez pas comme ennemi. » Et elle baisse les yeux sur ses mains. « Je vous remercie Saint Père. » Alors que l’homme vêtu de blanc s’écarte et retourne à ses préoccupations, la sorcière prenant une nouvelle fois dans son visage. Si elle n’avait pas le Vatican avec elle, elle ne l’avait pas contre elle. Et c’était déjà un bon point, Hadrian n’était pas inquiété par les Hommes, il ne l’était plus, il ne l’était plus que par le Consul… Et elle savait que même si la tâche était réduite à cinquante pour cent, le Lorrain n’était pas tiré d’affaire… loin de là.

(…) « Tu étais sortie ? » Alors que la sorcière repasse la porte de son appartement, elle a été au Q.G de son espèce, parler avec Arthur pour lui demander son avis, ce qu’elle devait faire, elle avait également envoyé un message de feu au Consul pour obtenir une séance exceptionnelle où elle serait reçue des cinq grands de ce monde. Les quatre races de créatures et l’humain. Cet humain à qui le Pape devait glisser un mot. Néanmoins, Nathan s’avance vers elle, passant une main sur le haut de son crâne. « Olympe ? Tout va bien ? » Et la demoiselle vient se blottir dans le creux de ses bras, sachant qu’il ne lui restait que quelques jours, juste deux à profiter de lui, juste deux à pouvoir lui dire qu’elle l’aimait. Si tout marchait comme elle le voulait, elle le perdrait et elle prendrait la place d’Hadrian sur l’échafaud. Quand elle répond. « Rien ne va… tu le sais bien. » Et il le savait parfaitement puisqu’il était l’avocat d’Hadrian, payé par Onyx. Tous les deux allaient perdre leur réputation et elle voulait à tout prix éviter ça… Onyx avait déjà mauvaise réputation… À cause de ses affres durant les guerres mondiales, mais Nathan… Son doux Nathan n’avait rien fait d’autre que son travail. Il l’avait fait pour elle, tout en sachant qu’il allait perdre son poste à la Brigade Nocturne, être du côté des accusés, c’était prendre des risques… De trop gros risques au goût de la blonde. Et son front reste contre son torse de longues minutes avant qu’elle ne souffle. « Tout ça sera bientôt derrière nous n’est-ce pas ? » « Oui, je te promets qu’on va le sortir de là. » Et la blonde, elle savait qu’il mentait pour la rassurer, mais lui ne savait pas que de son côté, elle faisait tout pour le sauver… Parce qu’elle l’aimait… Oui, alors qu’elle sauvait une autre personne chère à son cœur, elle se rendait compte que pour lui, elle déplacerait les mêmes montagnes.

(…) Le Consul n’avait rien à voir avec la Brigade Nocturne, si elle connaissait Idunn en tant que Leader de sa race, ça n’était rien en comparaison du Consul vampirique, elle avait eu Calypso, la seconde de la meute Shadow et la leader de son espèce à la Brigade Nocturne. Le Leader sorcier était à sa botte à la Brigade, mais le Consul Sorcier ne l’était plus depuis des mois. Les mains serrées devant elle, les doigts croisés. Elle regarde devant elle les cinq sièges qui trônent dans une salle allouée par le Vatican pour accueillir les cinq puissants de ce monde, qu’Olympe tentait de renverser pour prendre leur place, pour prendre une législation plus juste envers tout le monde, une loi qui respecterait les hommes et les créatures, tout en incluant l’esprit des clans. Pourtant, elle est là, comme une enfant, les jambes serrées, les cheveux attachés en un chignon banane d’un autre temps, alors qu’elle laisse voir sa chevelure blanche et ses yeux vairons, tout comme ses écailles. Sa robe était une nouvelle fois sobre, mais noire. Ce qui contrastait avec le teint pâle de sa peau, ses yeux toujours rougis par des pleurs de tristesse et de culpabilité qui ne cessaient pas la nuit. Quand Nathan était là, elle s’en voulait d’être une femme horrible et de penser à Hadrian alors qu’elle allait le perdre d’ici demain… Elle risquait tout… Mais elle pouvait au pire des cas perdre les deux. C’était audacieux. Mais c’était nécessaire, on se sacrifie pour les siens. Alors pourtant, elle se redresse pour s’incliner un peu quand le vampire, la fée, le loup-garou, le sorcier et l’humain rentrent pour s’asseoir sur les sièges en velours cramoisis. Elle les détestait, mais elle était bien plus peinée par la perte d’Hadrian qu’elle en oubliait ses buts personnels. Durant des siècles elle n’avait vécu que pour elle que pour les sorciers et aujourd’hui, malgré la réputation qui lui collait à la peau, elle se démenait bec et ongles pour sauver ceux qu’elle considérait comme sa famille. Qu’importe la race, l’âge ou la nationalité… Ils étaient tous des créatures obscures et face à la menace que représentaient les Néphilims, ils devaient simplement rester en vie. « Olympe De Briant, hier vous avez demandé une audience exceptionnelle avec les cinq Consuls au sujet du procès qui se tiendra demain. » « C’est exact Consul DeLuca. » Le représentant humain. Celui que le Pape avait prévenu de ses intentions, celle de sauver Hadrian du pétrin dans lequel il est fourré. Et c’est pourtant la Consule féérique qui prend la parole. « Ce vampire a été retrouvé sur les lieux d’un crime contre la race des humains, les preuves sont accablantes De Briant, que pourriez-vous ajouter pour disculper ce vampire assassin. » Et elle entend le rire de l’un des anciens élèves de Caïus. Le Consul sorcier. « La Grande Sorcière de Rome ainsi inclinée n’a donc rien à nous apprendre ? » Elle était muette depuis son affirmation et chacun y allait de son commentaire. « Honorable Consul, je ne me serais pas permis de vous déroger à vos occupations pour ne pas apporter de solide garantie, mais je ne suis pas ici pour jouer le procès du vampire, puis qu’il a lieu demain, mais je suis ici pour implorer votre clémence à ses défenseurs. » Nathan et Onyx. Et cette fois c’est le loup-garou hautain qui prend la parole. « De Malherbe a une sordide réputation, je doute que vous puissiez l’améliorer en demandant la clémence De Briant. » « Je vous prie de m’excuser Consul Weltterz, mais je connais Onyx De Malherbe depuis mes huit ans. Il a vécu avec ma famille des années durant et les méfaits dont on l’accable ne sont pas excusables, ni explicables, mais dans le cas présent qu’est le procès du vampire, il s’agit également d’un ami qu’il compte défendre, comme je le ferais demain à mon tour. » « Foutaise De Briant ! Cet homme est un barbare qui n’a eu de cesse que d’expérimenter des sorts sordides. » « Mais qui malgré eux ont fait avancer certaines branches de la magie. » « Je ne pensais pas dire ça de mon vivant, mais De Briant à raison Malherbe a fait un bond sur la magie végétale malgré ses agissements douteux. » Et la voix du Consul sorcier est à la fois admirative et mauvaise. Quand la fée demande d’un voix plus fluette, mais pas moins implacable. « Que venez-vous chercher pour votre ami De Briant ? » « La clémence de votre honorable assemblée Consul Naberie. Onyx tente malgré lui de se racheter une vie à Rome, certes en profitant des plaisirs de la chair, mais le fond de son âme est bons, j’en suis persuadée. » « Quelles garanties De Briant ? » Et elle se redresse un peu plus en observant le regard du Consul humain sur elle. Qu’est-ce qu’elle avait à proposer si Onyx se comportait mal face aux règles du Consul ? Elle se mord la lèvre. « Si Onyx est amené à être déclaré coupable d’avoir enfreint les règles, je réglerais ses dettes moi-même, le double de la législation. Si Onyx est amené à mettre en danger les habitants de Rome par ses agissements, je le punirais moi-même, car telle est ma place, comme aujourd’hui, ma place est de plaider sa cause devant vous. » Elle s’incline bassement. « Onyx cherche à défendre, un ami, un frère de plusieurs siècles d’un crime qu’il n’a pas commis malgré les faits qui lui sont reprochés. Onyx cherche avant tout à défendre la justice équitable face à toutes les créatures, qu’elles soient loups, vampires, fées ou bien sorcières. » Même si cela était certainement faux, il fallait juste convaincre l’auditoire. « Il veut que justice soit faite, et non qu’un innocent soit exécuté pour montrer que votre pouvoir est l’unique de Rome. Car tous les citoyens le savent et implorent dès lors votre clémence lors d’un procès, car ils vous savent justes et bons. » Démagogue, comme elle devait l’être, pompeuse pour soigner des égaux… « Très bien, vous serez donc à la fois la conscience et le bourreau de celui-là, si la vie de nos concitoyens est menacée par ses agissements. Mais n’oubliez pas que s’il perd la tête, vous la perdrez avec lui. » « Je ne l’oublierais pas. » Fait-elle en s’inclinant plus bas. Pourtant, le silence s’installe, alors qu’elle relève ses yeux vairons vers les cinq personnes en face d’elle quand la Consul Naberie reprend. « Et qu’en est-il de l’autre ? L’avocat. Lancaster. » Elle hoche la tête, quand le Consul Sorcier et Vampire ricanent de concert. Quand la fée continue. « Il s’agit là de votre amant ? » « Oui. » Et elle ferme les yeux face à d’autres remarques auxquelles Olympe ne répond pas. Il ne s’agissait pas du sujet. « Après ce procès, qui choque certains de nos habitants, son rôle d’avocat de la défense lui fera perdre sa crédibilité et sa position, qu’attendez-vous de nous De Briant ? » Et elle avale difficilement. « Que Maître Lancaster garde sa place à la Brigade Nocturne. » Et quatre des cinq rient, quand la fée la regarde avec intensité. « Cet avocat n’a plus de crédibilité depuis qu’il a accepté cette affaire De Briant. » « Mais il a toujours défendu les affaires de la Brigade et donc celle de votre institution avant celles de ses clients particuliers, par son métier, Maître Lancaster tente de faire le bien et de faire régner la prospérité et la paix à Rome. Il a accepté une affaire certes pour me rendre ce service, mais il l’a fait en connaissance de cause, en connaissant la personnalité de son client, son passif vis-à-vis de sa transformation… Il ne l’a pas fait que… » « Que pour vous. Vous l’aimez De Briant. » « Oui Consul Naberie. » Et elle baisse les yeux le temps que d’autres moqueries. « Alors, nous allons vous reposer la même question que pour De Malherbe. Qu’êtes-vous prête à mettre en gage pour que Lancaster conserve sa place à la Brigade Nocturne et que nous lui accordions un rétablissement vis-à-vis de sa réputation ? » Et elle décroisse ses mains et les regarde dans les yeux. « Ma pla-… » « Pas la peine d’être si dramatique De Briant, votre place de Grande Sorcière ne nous intéresse pas, vous gérez vos pairs convenablement depuis 2003. Ce que le Consul désire, c’est votre fidélité. » Elle cligne des yeux. « Ma fidélité est déjà au Consul. » Comme si c’était naturel. « Nous la voulons officiellement. Par un pacte de sang avec un pacte où je serais l’autre partie. Le Pacte ne prendra fin que lors de ma mort ou bien lors de ma destitution du Consul. » Et elle ne serre pas les poings bien qu’elle ne meurt d’envie. « Très bien, vous aurez un pacte du sang pour vous assurer de ma fidélité. » Même si cela devrait remettre en cause ses plans avec Adis et Idunn. Et pour le moment, chacun en resta là. Les garanties seraient appliquées si demain, le procès obtenait un report ou une annulation. Mais avec ce qu’elle sacrifiait pour eux trois, Olympe espérait bien que son unique argument pourrait faire annuler ce qui s’était passé… Ou alors rendre la sentence moins lourde. Tout tiendrait entre elle et le Consul, si Hadrian restait en vie et qu’Onyx et Nathan soient en sécurité.


(…) Nathan avait passé une partie de la matinée, malgré le jour, à la Brigade Nocturne en compagnie d'Hadrian pour peaufiner une défense qui serait faible face à l'exemple que la ville voulait faire d'Hadrian, Olympe ne savait pas si les juges de la Brigade avaient été prévenus, mais une chose était certaine, Olympe n’avait pas prévenu l’un des trois hommes de sa vie de son plan. Même si elle se doutait qu’Onyx savait qu’elle n’était pas restée sans rien faire. Pourtant, calfeutrée dans son appartement, les rideaux clos, elle voit le portail s’ouvrir dans le salon et Nathan en sortir. Et la demoiselle aux cheveux blancs sait que c’est les dernières heures dont elle peut profiter avec le vampire. Elle sait que c’est les derniers instants de leur belle relation, aussi tendue soit-elle avec tous les bâtons, tous les fantômes du passé qu’il y avait à Rome. Contrairement à lui, elle n’avait pas fait le choix d’une seule personne, elle avait pris les deux en bonne égoïste qu’elle était. Et il lui embrasse le front. « Tu as dormi ou alors tu es debout depuis que je suis parti hier ? » Elle a un maigre sourire en le serrant contre elle, tremblante. « Je n’ai pas dormi. » Comment le pourrait-elle ? Hadrian allait être jugé dans les premières heures du crépuscule. Plusieurs humains voulaient sa tête, plusieurs vampires voulaient également sa tête. Mais elle était malgré elle la preuve qu’il n’avait rien fait. « Nous allons y aller ensemble… De toute façon… » « Non je n’irais pas si c’est ta question… » Plutôt mourir que de lui dire qu’elle allait y aller. « Je m’en doutais… J’avais demandé à Helen de rester plus tard ce soir. Allez viens. » Et c’était les dernières heures où, effectivement, elle a profité de sa peau, de ses baisers et de ses caresses.

(…) « … Néanmoins, si vous souhaitez faire de mon client un exemple pour la société de Rome, montrer donc qu’une personne jusque-là intègre et calme. Qu’un enfant de la nuit sans histoire depuis des siècles peut-être un meurtrier, c’est à vous Monsieur le Juge de le décider. Je tiens néanmoins à faire valoir les droits de mon client et rappeler encore à l’assemblée que les deux jeunes femmes étaient mortes d’une overdose avant qu’elles ne soient vidées de leurs sangs selon l’expertise. Et que… » « Il suffit Maître. » Tranche le juge, dont la voix, et froide et le ton est dur. Olympe tremble dans la place réservée aux témoins de la défense. Nathan lui se tait et reprends place près d’Hadrian, qui ne lui avait rien dit sur cette soirée, car il ne se souvenait de rien, comme si tout avait été effacé. Les experts avaient jugé que c’était à cause de la drogue et de l’alcool qu’il avait ingurgité. « Vous n’êtes pas ici pour me sommer de faire mon travail, mais pour défendre votre client, j’ai lu comme vous les rapports des experts et de la partie civile. » Néanmoins, le silence se fait une nouvelle fois. Onyx quant à lui est sans doute sur les bancs, mêlée à la foule dont la curiosité morbide les a poussés à venir assister à la mise à mort d’Hadrian, ça la répugne. Quand le procureur, représentant du Consul dit à son tour. « J’appelle à la barre, un témoin en faveur de la défense. » Il y a quelques cris d’indignation, d’autres de surprise, si bien que le Juge principal est obligé de demander le silence et le calme en rappelant qu’ils sont dans un tribunal. Et quand elle avance en suivant la main d’un agent de la Brigade Nocturne, Olympe voit à la fois le visage de Nathan et celui d’Hadrian se décomposer. Mais elle ne les regarde pas plus longtemps. Ses cheveux blancs flottent dans son dos comme des fils de soie et ses yeux se posent sur la collégiale en face d’elle. « Bonsoir Messieurs les Juges. » Laisse-t-elle entendre alors que l’assemblée s’est calmée, mais pas tût. La Grande Sorcière de Rome témoin en faveur de l’accusé, alors qu’elle n’avait rien dit depuis un mois. « Bonsoir, je vais décliner votre identité, vous me direz si elle est correcte. Vous êtes Olympe Henriette Marie-Sophie De Briant. » « C’est exact. » « Née le 29 décembre 1514 à Saint-Malo en Bretagne, ce qui fait de vous une citoyenne française. » « Oui. » « Vous officier à Rome en tant que Grande Sorcière depuis l’année 2003, vos marques sont des écailles vertes et un iris améthyste et l’autre vert. » « Oui. » « Vous habitez bien dans un appartement au 6 Via Del Monte Oppio, 00184 Rome ? » « Oui. » « Bien, dans ce cas Mademoiselle De Briant, vous comparaissez ce soir devant cette collégiale. Je vous rappelle qu’un faux témoignage peut vous faire encourir des peines pénales, vous prêtez donc serment devant cette assemblée de ne dire que la vérité. » « Je prête serment devant cette assemblée de ne dire que la vérité. » Et le juge croise les bras devant lui, alors qu’il la regarde du haut de son pupitre. « Dans ce cas, je vous en prie, Mademoiselle De Briant, que pouvez nous dire au sujet de la nuit du 1er au 2 juillet. Que faisiez-vous ? » Elle ferme les yeux et prend une grande inspiration. Elle savait qu’elle allait perdre l’un des deux hommes qui la regardaient si tout ça marchait, elle savait qu’elle perdrait les deux si ça ne marchait pas. « Lors de la nuit du 1er juillet, je rentrais, comme à mon habitude à mon appartement, ce soir-là, ma gouvernante, Helen était partie plutôt que d’habitude et m’avait prévenu par SMS de son départ. Je suis donc rentrée après être passée prendre un repas à emporter en sachant que je serais seule ce soir-là. » Sa voix était neutre, ses mains tremblaient et elle sentait les regards sur elle. C’était déstabilisant. « Néanmoins, ce soir-là, j’ai reçu la visite de l’accusée à mon domicile. » Elle ferme les yeux quand elle entend des « oh » de surprise dans son dos et d’autres ricanements plus lubriques. « Il était environ vingt-deux heures trente, car capable de manger de la nourriture classique, j’ai dû commander quelques poches de sang dans un établissement proche de chez moi. » Et elle sort son téléphone de la poche de sa robe pour le tendre à l’huissier. « Nos échanges se trouvent dans cet appareil. Cependant, par la suite, mon invité est resté avec moi plus longtemps dans la nuit. Et n’a quitté mon domicile que vers trois heures du matin, puisque je l’ai appelé alors qu’il était en bas de l’immeuble, il avait oublié sa veste. » Il n’y avait pas de questions à se poser sur la nature de l’échange qu’il y avait eu entre Hadrian et elle pourtant, l’avocat de la partie civile se lève demandant s’il avait le droit à une question et cela porta sur la nature des échanges. « Charnels. » Répondit-elle audiblement, bien qu’assez discrètement ? Pourtant, la partie civile annonce que le portable a très bien pu être modifié. Ce à quoi la Grande Sorcière joint les mains, l’énergie verte sortant de ses paumes, laissant le flot de souvenirs se dérouler autour d’elle. Elle joue avec ses mains pour le faire remontrer à la date voulue. Celle de cette nuit-là. Quand elle ajoute. « Les sorciers présents, comme moi, savent parfaitement qu’il est impossible d’inventer des souvenirs, c’est détectable qu’importe le style de magie, je vous en prie Monsieur, je peux vous les confier pour que vous les consultiez. »  Elle a le regard mauvais, mais agite une nouvelle fois les mains pour les mettre dans une fiole qu’elle fait apparaître. Elle n’a pas jeté un regard derrière elle, ni sur sa droite pour regarder les garçons, elle est juste sortie de sa colère quand l’un des trois juges lui demande. « Pourquoi avez-vous attendu tout ce temps pour vous manifester Mademoiselle De Briant ? » Quand elle agite une nouvelle fois, ses mains, ses cheveux blonds prennent cette teinte naturellement blanche qu’elle avait depuis des semaines. « La sidération Monsieur le juge. On ne peut pas réagir quand on vous dit que votre ami, votre amant a été vidé de son sang deux jeunes femmes après avoir passé la nuit avec vous. On ne peut pas croire cela possible. Et on se rend vite compte de ce qui peut voler autour de nous, les ambitions politiques, la vie privée, la vie simplement. J’ai eu peur pour moi, puis plus pour mes amis et finalement, je suis venue témoigner. » Et cela remettait en question toute l’accusation de la partie civile, car aux heures de décès, Hadrian était avec elle et ses souvenirs le prouvaient. Aucune magie n’avait été décelée sur les lieux du crime. « Bien, suite à l’ajout de nouveaux éléments dans le dossier, le Tribunal lève la séance pour leurs examens. Le non-lieu, la poursuite judiciaire face aux faits seront décidés à la suite des analyses. Aucune des parties n’est autorisée à quitter le territoire italien d’ici là. » Et la séance se clôt sur les juges qui se lèvent et s’en vont, alors qu’Olympe claque des doigts pour se glisser dans un portail et le refermer. Elle n’avait plus de téléphone portable et plus de dignité.

(…) Comme la sorcière l’avait prévu le soir même, elle n’avait eu la visite de personne. Elle n’avait vu personne et Helen avait refusé les personnes qui n’étaient ni Hadrian, relaxé, car désormais plus innocent que coupable, ni Nathan, sans doute déjà loin à cause de la colère, ni Onyx, sans doute trop stupéfait de son acte de courage. Elle qui avait toujours fui lors des difficultés… Cette nuit… Lorsqu’Hadrian était devenu un novice, elle avait fui. Cette nuit lorsqu’Hadrian avait failli se faire condamner à mort, elle avait été courageuse et avait perdu plus que ce qu’elle aurait pu perdre à l’époque. Mais les trois étaient en vie, protégés pour le moment sans qu’ils ne le sachent encore vraiment. Mais elle savait que la confrontation viendrait avec chacun d’entre eux… Pour ce qui était du procès en lui-même, il était en attente de jugement… Le temps que les nouvelles preuves soient analysées, que les entreprises de banque de sang, que le restaurant où elle avait pris à manger soit interrogé… Tout ça prendrait du temps. Mais demain, elle savait qu’elle devrait aller faire ce pacte de sang avec le Consul Sorcier… Elle savait que dans le fond, elle avait vendu le peu d’âme qu’elle avait eue Diable… C’était ironique quand on pensait que son père était le Diable lui-même. Mais ce qu’elle avait fait, elle l’avait fait pour eux, son comportement n’était pas excusable, mais quitte à devoir se faire détester, elle préférait les savoir en vie…

(c) élissan.


(Olympe was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of her father in her, too. Cold and sarcastic, we don't really know when Lucifer stopped perverting his daughter.)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty
MessageSujet: Re: Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago   Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago Empty

Revenir en haut Aller en bas
         

 Journal d'Olympe De Briant ▬ long time ago

 Sujets similaires
-
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: