RSS
RSS



 
AccueilAccueil  Die ac Nocte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Contexte & cie » Même sur Die ac Nocte, nous possédons quelques règles, un univers bien précis à apprivoiser, à comprendre. Pour ce faire, cette partie a été faite pour vous. C’est ici que vous commencerez votre aventure, que vous trouverez de quoi comprendre le forum.
VOUS LES COPAINS, JE NE VOUS OUBLIERAI JAMAIS La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn 2521561984
Après une jolie année, DAN ferme ses portes. Vous pouvez lire les petites explications et les petits mots du staff ici La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn 3308333368

 ::  :: » Trastevere
Partagez

 La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn

         

Hestia E. Helligrapheis

Hestia E. Helligrapheis
J'ai débarqué à Rome le : 27/03/2019 , j’ai déjà envoyé : 434 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 1052
La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn Empty
MessageSujet: La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn   La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn EmptyLun 22 Avr - 19:46


Idunn & Hestia
La Fée, la Vampire et la Politique


Elle les déteste, tous. A quoi bon aimer les gens de toute façon ? Ce n’est qu’une perte de temps. Et ça, elle l’a bien compris Hestia au travers des siècles. L’amour, c’est pour les faibles, la compassion, tout autant. Elle n’a jamais voulu prétendre être ce qu’elle n’est pas. Elle est juste discrète, c’est ce qui fait sa plus grande qualité sans doute. Tuer ceux qui doivent l’être, éliminer tous ceux qui nuisent à son environnement et ça, sans jamais être mêlée de prêt ou de loin au crime. Voilà ce qui fait d’elle l’adversaire redoutable. L’innocence qui dessine ses traits n’est qu’illusion. Il suffit de connaître son nom pour savoir qu’il est préférable de faire demi-tour, que rester dans son entourage finira forcément mal. Le pinceau glisse sur sa toile, sa main passe sur sa joue, elle étale un peu de peinture au passage sans s’en formaliser plus que ça. La peinture, ce hâvre de paix, cet environnement sain qu’elle a su créer avec le temps, quand elle a découvert que l’archéologie n’était pas fait pour elle. Les corps, elle préfère les enterrer plutôt que de les déterrer. C’est vrai qu’elle n’est pas toujours facile à vivre mais en même temps, elle n’a jamais demandé l’avis de personne. Là, elle est juste dans sa galerie, elle peint parce qu’elle ne voulait plus voir personne et faire semblant de sourire à ces inconnus qu’elle ne supporte pas au fond d’elle. Mais évidemment, rien n’est aussi simple, rien ne peut être aussi facile et quand elle entend qu’on frappe à la porte malgré la pancarte retourner, elle a le réflexe de soupirer, de lever les yeux au ciel d’agacement. « C’est fermé. » La voix chantante qui résonne suffisamment forte pour qu’elle se fasse entendre. La pancarte sur la porte annonce que c’est fermé, il suffit de lire, ce n’est pas si compliqué après tout. Si limité ces gens, qu’ils doivent forcément faire l’inverse de ce qu’on leur dire, pour vérifier, pour être sûrs. Les justifications basiques qu’elle entend dès que possible. Certains abandonnent, admettent qu’ils leur faudra revenir mais pour d’autres, il faut être plus persuasif. Elle entend la clochette de l’entrée, ça lui apprendra à ne pas fermer à clé directement. Stupide fée quand elle s’y met. « J’ai dit, que c’était… fermé. » Les derniers mots qui se meurent dans sa gorge quand elle relève la tête pour voir celle qui est venue la dérangée. hum, déplaisante surprise, vision d’horreur tout au moins. Elle détails la blonde, l’ignore jusqu’à aller s’asseoir derrière un bureau, délaissant ses outils de peinture. « Idunn. Quelle déplaisante visite. » Toujours sincère, le désavantage de sa condition de fée de ne pas savoir mentir. C’est plus un problème pour les autres que pour elle bien souvent, elle qui a appris avec le temps à ne rien avoir à cacher. « Je ne vais pas te dire que tu es la bienvenue dans ma gallerie quand j’en pense tout le contraire. » Elle est de nouveau debout, à quitter la pièce pour rejoindre cette petite salle de pause qu’elle s’est créée pour elle-même et les moments où elle n’a pas envie de travailler. « Je doute aussi que tu sois venue pour admirer ma peinture. » Il n’est pas nécessaire de garder un contact visuel avec la jeune femme pour lui dire ce qu’elle pense réellement de cette venue, de ce qu’elle pense des motivations aussi. « L’âge ne te réussis pas en tout cas, serais-tu devenue suicidaire pour venir ici sans y être invitée ? » Elle est odieuse mais elle le vit plutôt bien. Elle paraît jeune, elle paraît innocente aussi mais ce n’est qu’une idée. L’expérience, elle l’a et entre les deux blondes qui se font face, la fée a un peu plus de bagage que la vampire. Balle au centre, que le match commence.

AVENGEDINCHAINS



Shadows on the Light
« they said you only live once. i say, they don't knew us, they don't knew what we are I said, we only live what we want. » 
Revenir en haut Aller en bas

Idunn A. Varangr

Idunn A. Varangr
J'ai débarqué à Rome le : 21/11/2018 , j’ai déjà envoyé : 509 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 174
La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn Empty
MessageSujet: Re: La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn   La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn EmptyJeu 25 Juil - 17:04


La Fée, la Vampire et la Politique
Idunn & Hestia

La nuit voile tout juste les derniers rayons du soleil quand son pied se pose hors de la sécurité obscure de sa demeure. Jour de repos à l’hôpital, mais nullement nuit tranquille pour les affaires politiques. Sobrement vêtue, elle se faufile d’un pas calme mais néanmoins trop rapide pour être humain, entre les rues encore chaudes de Rome. Elle sait Idunn, que la personne qu’elle s’apprête à aller voir ne sera probablement pas heureuse de la recevoir. Mais elle est prête à recevoir les sarcasmes de la fée. Après tout elle jouit d’une certaine expérience avec le petit peuple, ayant partagé la vie de l’une d’entre elle. A une autre époque, dans une autre vie, un autre pays. Si loin du temps actuel. Loin des rivalités et de la guerre qui opposèrent leurs deux peuples. La blonde connaît les dangers que les fées peuvent représenter. Elle sait leurs allégeances changeantes. Pourtant elle se doit de prendre ce risque. Car au-delà de sa propre fierté elle doit songer à la survit des siens. Or dans le contexte politique tumultueux qui fait surface, il devient primordial de s’assurer certaines alliances. Même si pour cela elle doit se rendre chez Hestia. La fée grecques la moins intéressée par les méandres politiques de ce monde. Idunn a choisi son jour avec soin, préférant se trouver fraiche et disposée pour s’armer le plus efficacement de patience, elle a choisi un jour de repos pour se rendre devant le bras de la Reine de la Cour des Lumières.

Arrivée devant la galerie d’art dans laquelle la blonde trouve refuge dans ce monde, Idunn frappe au carreau après un léger soupire résigné. Ce ne sera pas une partie de plaisir, mais elle sait être fine négociatrice, et elle espère parvenir à formuler correctement ses phrases pour arriver à ne pas se faire entièrement dépasser par la conversation. Car si les fées sont incapables de mentir, leur maîtrise du langage et des mots est un réel rempart. De l’intérieur de la boutique une fois résonne, répétant ce que l’écriteau retourné sur la porte indiquait déjà. Mais Idunn n’est pas venu pour acheter un tableau. Encore moins pour s’arrêter devant une porte fermée. Maintenant qu’elle est assurée que la fée est bien présente et très probablement seule, ses doigts actionnent la poignée de la porte qui, extraordinairement, n’est pas fermée. Le battant s’ouvre sous un carillon doux tandis que la vampire s’engouffre dans la galerie sans demander son reste. Ses yeux tombent immédiatement sur Hestia qui relève les yeux au même moment laissant mourir sa phrase dans sa gorge visiblement surprise de tomber sur la leader vampire. Un fin sourire étire les lèvres de cette dernière, heureuse d’avoir réussi à créer son petit effet sur la représentante du petit peuple. Cette dernière s’applique pourtant à l’ignorer avant d’être passée derrière son bureau, délaissant son chevalet et sa toile. Idunn est venu se placer face à elle, laissant un léger sourire flotter sur ses lèvres tout en accueillant les mauvaises salutations de la jeune femme. « Hestia. » Elle incline légèrement la tête face à elle. « Ton sens de l’accueil est toujours aussi délicat. » Ses traits se sont à nouveau fermés, elle n’est pas venue là pour s’amuser, encore moins pour se laisser aller à de stupides mascarades. A peine a-t-elle prononcé quelques mots que la fée s’est levée à nouveau, se déplaçant dans une petite pièce adjacente. Idunn la laisse faire sans amorcer le moindre mouvement. Ses sens sont suffisamment développés pour l’entendre émettre le moindre soupire, même à plusieurs mètres. Elle reste donc debout, face au bureau à présent désert de la jeune femme tout en écoutant le délicat poison des paroles de celle qu’elle est venue voir à l’improviste. « Je serais bien passer par demande officielle plutôt que de passer ainsi sans prévenir. Mais vos messagers doivent avoir tendance à se perdre en route car jusqu’à présent je n’ai jamais obtenu aucune réponse à mes précédentes requêtes. » La voix de la vampire est calme, posée, bien que profondément sérieuse. Elle a toujours déploré le manque d’implication du petit peuple dans la vie et les combats des autres créatures obscures. Et rien ne l’exaspère plus Idunn, que ceux qui se croient supérieurs à tous. « Loin de moi l’idée de paraître impoli ou sénile. Mais aussi protégés que vous voulez le croire, votre peuple a un pied ancré dans les événements actuels. L’assassinat des cardinaux et l’élection du nouveau pape vous concerne également. » Elle n’y va pas par quatre chemins, elle sait que la patience d’Hestia à des limites. Et Idunn n’est pas de ceux qui trainent en longueur en affaire. « Vous êtes impliqués comme n’importe quelle autre race. Une des vôtres siège au Consul n’est-ce pas ? Aussi puissant puisse-t-elle être et aussi indépendante que vous pensez vos Cours l’être. Il n’en demeure pas moins que cette unique fée passe par-dessus tout autre commandement de votre part pour dicter vos droits. Sans compter qu’elle ne peut agir sans l’accord des autres membres du Consul. Ce qui revient à constater que vous, peuple fier de vous annoncer indépendant, vous êtes aussi asservis que nous autres à celui-ci. Qui plus est par des créatures qui ne sont pas de votre peuple. Ce qui, à mon souvenir, est bien la première fois. » Elle ne mâche pas ses mots. Elle est même dure dans ses phrases et son ton est tout aussi tranchant. « Pour ne rien te cacher Hestia, je suis étonnée que vous acceptiez cet état de fait aussi docilement. » Ce n’est que partiellement vrai. Idunn sait bien que comme eux tous, ils n’ont pas eu le choix sur beaucoup de chose après la grande Révolte. Tout ce qu’elle espère s’est parvenir à éveiller un tant soit peu la colère ou du moins l’intérêt de la jeune femme. Aussi antipathiques soient leurs sentiments l’une envers l’autre, la viking sait reconnaître les bons moments pour mettre ses sentiments personnels de côté afin de servir le bien de tous. Elle espère sincèrement qu’Hestia sera capable de faire de même. Au moins le temps d’écouter ce qu’elle est venue lui dire et lui proposer.


© Artchie

couleur : seagreen



Winter flower — iron mind with cristal heart
I listen to a whisper, slowly drift away. Silence is a loudest, parting word you never say. I put your world Into my veins. Now a voiceless sympathy is all that remains
Revenir en haut Aller en bas

Hestia E. Helligrapheis

Hestia E. Helligrapheis
J'ai débarqué à Rome le : 27/03/2019 , j’ai déjà envoyé : 434 textos, d’ailleurs, j’ai récolté : 1052
La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn Empty
MessageSujet: Re: La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn   La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn EmptyVen 23 Aoû - 14:53


Idunn & Hestia
La Fée, la Vampire et la Politique.


Elle ne masque pas le déplaisir qu’elle ressent à la vue d’Idunn dans sa galerie. C’est vrai qu’elle aurait espérée meilleure compagnie en ce début de soirée mais il faut croire qu’elle va devoir faire avec et s’en contenter. Ca n’est pas pour ça qu’elle va se montrer aimable, ça serait aller à l’encontre de ses habitudes et ça, elle s’y refuse tout bonnement. On dira ce qu’on veut d’Hestia mais c’est bien un détails qui lui passe au-dessus de la tête. Elle a des manières, avec les gens qu’elle choisit simplement. Elle se contente de sourire en entendant les terme délicat et sens de l’accueil dans une même phrase pour la désigner. Si elle savait combien elle n’en a rien à faire de son avis. Là, elle se contente de quitter la pièce pour rejoindre l’arrière de la boutique, pour nettoyer les quelques pinceaux qu’elle a sali, sa palette de couleur pour la rendre de nouveau immaculée. Elle ne pensait pas avoir à faire ça aussi tôt mais cette visite laisse présager qu’elle n’aura pas l’occasion de peindre de nouveau avant le lendemain. L’avantage, si on puis dire, qu’Idunn soit une vampire, c’est qu’elles n’ont pas besoin d’être dans la même pièce pour communiquer, elles s’entendent sans grand mal. C’est vrai que la fée aurait préféré une visite formelle, le genre où elle aurait pu se préparer un minimum à être encore plus désagréable qu’elle ne peut l’être déjà. Elle devra faire avec, elle soupire même, sachant très bien que de l’autre côté, ce genre de petite réaction ne passe pas inaperçu. « Et donc, tu ne t’ai pas dit que si tu ne recevais aucune réponse c’était pour une bonne raison ? Allons, je sais que tu es plus intelligente que ça Idunn, la naïveté ne te sied guère tu sais. » Elle rit discrètement, le genre de petit gloussement moqueur bien qu’agaçant, elle le sait. Et le sourire qui a prit place sur ses lèvres ne disparaît pas pour autant malgré les mots qu’elle entend. Elle fait juste l’effort de la rejoindre pour prendre appuie dans l’encadrement de la porte, les bras croisés sur sa poitrine avec un air qui se veut mi-amusé, mi-sérieux. Oh elle écoute, c’est certain, elle grave chacune des phrase prononcée par la vampire dans son esprit sans jamais se défaire de son sourire. Elle cherche peut-être un peu trop à la pousser à bout, c’est vrai mais c’est simplement plus fort qu’elle. « Je crois que toi comme moi, nous avons besoin d’un café, ou de quelque chose de plus fort, je ne sais pas trop encore à quel point tu vas m’agacer. » Elle se détourne pour rejoindre sa petite pièce et invite silencieusement Idunn à la rejoindre. C’est pas tout le monde qu’elle accepte ici, qu’elle en profite un minimum. Cette pièce, c’est son refuge. D’un blanc immaculée, aux murs, on trouve quelques tableaux de peintre qu’elle a pu rencontrer durant sa vie. On trouve une petite cuisine ici, elle pourrait facilement vivre ici, y dormir lui arrive de temps en temps. « Je t’en pris. » Elle désigne un petit canapé de la main pour encourager la vampire à prendre place. Elle ne sera pas manger tout de suite, c’est promis. « Qu’est-ce qui te fait croire que nous acceptons “docilement” les faits, pour reprendre tes mots ? » Ca l’intéresse de savoir ce qui se passe dans leur réunion de leaders, dans leur réunion de hauts placés aussi bien qu’elle en sache déjà bien assez pour la contenter. Le regard tourné vers les placards, elle opte pour du thé qu’elle met à infuser dans une théière sur le gaz. « L’avantage que nous avons, c’est que nous avons tout un monde à nous, ailleurs. Alors si quelque chose ne nous plaît pas ici nous pouvons simplement… pouf, disparaître. » Et pourtant, elle reste Hestia car elle est certaine que tôt ou tard, elle pourra tirer son épingle du jeu et y gagner plus qu’elle n’est capable de l’imaginer dans la situation actuelle. Tout est question de temps, et ça, elle en a à revendre très clairement. « Mais je doute que tu sois venue jusqu’ici pour me faire savoir que nous, le petit peuple, nous somme un peuple asservis, je me trompe ? » Il y a forcément autre chose qu’Hestia ne sait pas déjà, sinon pourquoi avoir fait le déplacement et leur imposer une rencontre si peu agréable ?

AVENGEDINCHAINS




Shadows on the Light
« they said you only live once. i say, they don't knew us, they don't knew what we are I said, we only live what we want. » 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn Empty
MessageSujet: Re: La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn   La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn Empty

Revenir en haut Aller en bas
         

 La Fée, la Vampire et la Politique ◊ Idunn

 Sujets similaires
-
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: